Les écoulements turbulents se caractérisent par le développement d'une très large gamme d'échelles du mouvement. Aujourd'hui, la puissance des calculateurs actuels ne permet pas une simulation directe detoutes ces échelles. La simulation des grandes échelles (SGE) apparaît alors comme une alternative intéressante. Avec cette approche, seules les plus grandes échelles de l'écoulement sont explicitement calculées et l'influence des plus petites échelles est modélisée par un modèle sous-maille. Cela permet, avec un coût de calcul abordable, de décrire les instationnarités les plus influentes des écoulements contrairement aux approches statistiques (RANS) communément utilisées dans l'industrie.

Le séminaire abordera les nouveaux enjeux de la SGE qui doit désormais permettre la simulation d'écoulements plus complexes physiquement et géométriquement. Il s'agit alors de développer des modèles sous-mailles précis, prenant en compte plus de physique. Il s'agit aussi de pouvoir simuler des écoulements à proximité de parois complexes. Enfin, il s'agit également de pouvoir prédire la fiabilité des simulations entreprises en comparaison, en particulier à des approches RANS qui restent moins couteuses numériquement.