IMB > Recherche > Séminaires

Séminaire des Doctorants

  • Le 27 octobre 2004 à 16:00
  • Sylvain Delpech
    Classification uniforme des boules des espaces de Banach
    Le but de l'exposé est de présenter des exemples concrets d'homéomorphismes uniformes (i.e. des applications bijectives et uniformément continues dans les deux sens) entre les boules unités de certain espaces de Banach.
  • Le 10 novembre 2004 à 16:00
  • Pierre Charollois
    Comment calculer des valeurs speciales de fonctions zeta grace aux sommes de Dedekind.

  • Le 24 novembre 2004 à 16:00
  • Olivier Ripoll
    Présentation de quelques invariants géométriques des tissus du plan

  • Le 8 décembre 2004 à 16:00
  • Zsolt Peter
    Etude de signaux et d\'images obtenus d\'une simulation numerique directe de la turbulence 2D

    On va analyser les donnes issues de la simulation numerique directe de la turbulence 2D dans un ecoulement decrit par les equations de Navier-Stokes, pour un nombre de Reynolds tres eleve. Dans le traitement des donnees numeriques (pression, vitesse et vorticite) on utilise des methodes mathematiques combinees de traitement du signal et de l'image pour mieux comprendre le phenomene de la turbulence 2D.L'etude comprend deux volets:un premier volet porte sur l'analyse des signaux 1D en certain points de l'ecoulement, tandis que le deuxieme developpe une analyse similaire pour les images de l'ecoulement, provenant de la meme simulation.
  • Le 12 janvier 2005 à 16:00
  • Mourad Abouzaïd
    Autour de l\'équation super-Fermat: x^p+y^q+z^r=0

  • Le 26 janvier 2005 à 15:00
  • Lescarret Vincent
    Quelques remarques sur un probleme de transmission en optique geometrique

  • Le 9 février 2005 à 16:00
  • Maciej Denkowski
    L\'ordre et l\'exposant de Lojasiewicz des fonctions c-holomorphes
    Les fonctions c-holomorphes sont une généralisation naturelle desfonctions holomorphes à des ensembles comportant des singularités. Il s'agitde fonctions continues dont la restriction à la partie régulière del'ensemble analytique sur lequel elles sont définies est holomorphe. Le butde l'éxposé est de donner une généralisation aux fonctions c-holomorphes dela notion d'ordre d'annulation en un point ainsi que de présenter uneestimation (en des termes de multiplicité et d'ordre) de l'exposant deLojasiewicz d'une application c-holomorphe ayant un zéro isolé.
  • Le 2 mars 2005 à 16:00
  • Arnaud Chadozeau
    Distribution des entiers premiers dans de courts intervalles
    Dans cet exposé, j'essayerai de présenter différentes heuristiquesdéveloppées pour aborder le problème de la distribution locale des nombrespremiers. Pour cela, je m'attarderai notamment sur le problème plus simplede la distribution des entiers premiers relativement à un entier fixé.
  • Le 16 mars 2005 à 16:00
  • Gwendal Wilczyk et Christophe Preux
    Un tour d\'horizon des méthodes itératives d\'inversion de grands systèmes linéaires creux.

  • Le 30 mars 2005 à 16:00
  • Violeta Petkova
    Multiplicateurs sur les espaces de Banach de suites sur $Z$.
    On se propose d'associer à chaque opérateur borné sur un espace deBanach de suites qui commute avec le shift S une fonction bornée surspec(S). Cette fonction est holomorphe sur l'intérieur de spec(S), sicelui-ci n'est pas vide.
  • Le 13 avril 2005 à 16:00
  • Aurélien Schoumaker
    Crible pour débutants

  • Le 27 avril 2005 à 16:00
  • Aboudi Nabil
    Equation de Liouville, metrique de capacite et vortex dans les domaines\nsimplement et doublement connexes.

  • Le 18 mai 2005 à 16:00
  • Guillaume Dufour
    De la simulation numérique des brouillards de gouttes polydispersés avec une\nméthode \'Multi-Fluides\'.\n
    Dans cet exposé, on s'intéresse à l'évolution d'une phase liquide disperséesous forme de gouttes dans une phase gazeuse porteuse. Après uneintroduction générale présentant les méthodes habituellement utilisées poursimuler ce type d'écoulements, on s'intéressera plus particulièrement à uneméthode Eulerienne permettant de prendre en compte les aspects polydispersésdu brouillard : le modèle 'Multi-Fluides'. Cette méthode présente enparticulier l'avantage de permettre la simulation des effets defragmentation secondaire et de coalescence, cette capacité étant auparavantlimitée aux méthodes Lagrangiennes.
  • Le 15 juin 2005 à 11:00
  • Florent Jouve
    Quelques aspects des sommes d\'exponentielles sur les corps finis.

  • Le 12 octobre 2005 à 15:00
  • Salle de Conférences
    David LANNES
    Ondes de Surface

  • Le 26 octobre 2005 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Walter FREYN (Université Augsburg)
    Une démonstration du théorème de Teichmüller par le biais de la géométrie hyperbolique
    Le théorème de Teichmüller donne la classification des surfaces de Riemann d'un certain type topologique prescrit. Sur toute surface de Riemann, dont le recouvrement universel est H, les structures complexes peuvent etre identifiées avec des structures hyperboliques. Dans l'exposé sera décrit une nouvelle démonstration du théorème de Teichmüller très élémentaire: on montre, que toute surface de Riemann hyperbolique peut être coupée en triangles hyperboliques idéaux. Comme les triangles hyperboliques sont uniquement définis, la structure hyperbolique - et ainsi la structure complexe - dépend seulement de la façon dont les triangles sont collés. Cette démonstration mène à une paramétrisation de l'espace de Teichmüller avec des paramètres de collement. Les liens des paramètres de collement avec la théorie des tremblements de terre et des laminations géodésiques de Thurston sera abordé.
  • Le 9 novembre 2005 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Sylla LESSENI
    Autour d\'une conjecture de B. Gross relative à l\'existence de \ncorps de nombres de groupe de Galois non résoluble et ramifiés en un \nunique premier p<11
    Les travaux de J. Jones en degré n=5 et n=6, et ceux de S. Brueggeman en degré n=7 ont permis de déterminer tous les corps de nombres vérifiant ces types de ramification. Leurs travaux ont montré que les groupes de Galois des corps obtenus sont toujours résolubles. Nous allons à travers notre exposé vérifier cette conjecture dans le cas des corps de nombres de degré 8 et 9. Sous l'hypothèse de Riemann généralisée (GRH) ou de facon inconditionnelle, on montre que la ramification en 5 n'est pas possible.Les tables obtenues de facon numériques à la suite de l' étude de la ramification en un unique p<11 montrent que les groupes de Galois des corps obtenus sont tous résolubles.
  • Le 23 novembre 2005 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Issam Louhichi
    Commutativité des Opérateurs de Toeplitz Quasihomogènes
    Nous regarderons deux propriétés de commutativité des opérateurs de Toeplitz quasihomogènes. Nous commençons par rappeler la definition d'un opérateur de Toeplitz quasihomogène sur l'espace de Bergman du disque unité, puis nous introduisons la transformée de Mellin qui nous sera d'une grande utilité dans la preuve des deux propriétés en question.
  • Le 7 décembre 2005 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Mourad Abouzaid
    Hauteur et pgcd log sur des courbes algébriques
    Soit F(x,y) un polynome irréductible à coefficients dans Q tel que F(0,0)=0. Skolem (1929) a montré que les solutions entières de l'équation F(x,y)=0 ayant un pgcd fixé étaient bornées et Walsh (1992) en a donné une borne explicite en termes de d=gdc(x,y) et de F. En supposant que (0,0) est un point non singulier de la courbe donnée par F, nous étendons ce résultat aux solutions algébriques de notre équation, et nous obtenons une egalité asymptotique au lieux d'une égalité. Nous montrons plus précisement que si (a,b) est une ''grande'' solution de F(x,y)=0, alors h(a)/d est à peu près deg_y F et h(b)/d est à peu près deg_x F, où h(.) est la hauteur logarithmique et d est le pgcd logarithmique de a et b (on donnera une définition précise du pgcd de deux nombres algébriques).
  • Le 4 janvier 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Florent Chazel
    Influence de la topographie sur les ondes de surface
    Dans le contexte aéronautique actuel en plein essor, les nuisancescausées par les aéronefs sont en forte augmentation. Lors de la phased'approche, le bruit créé par les moteur est d'égale intensité avec lebruit d'origine aérodynamique (voilure et système d'hypersustentation).Dans les trois éléments composant le système d'hypersustentation(volets, trains et becs), c'est le bec qui émet le plus de bruit. Enparticulier, le spectre émis par ce dernier contient un ''pic sonore''attribué au lacher de tourbillons qui a lieu dans le sillage du bord defuite du bec.Cet exposé présente l'application de la théorie de la stabilité linéaireau calcul de la fréquence de ce lâcher de tourbillons. Dans un premiertemps, la notion de stabilité linéaire est rappelée brièvement et lesdifférents outils théoriques nécessaires au calcul, comme le critèred'instabilité absolue/convective. La formulation du problème destabilité à partir des équations d'Euler aboutit à un problème auxvaleurs propres généralisé qui est résolupar un code de calcul utilisant une méthode de collocation spectralebasée sur les polynômes de Tchebychev.Le code a été étendu pour le traitement du sillage derrière le bord defuite du bec.Dans un second temps, on utilise ce code pour appliquer le critèred'instabilité absolue sur trois profils extraits dans le sillage du bordde fuite du bec et interpolés par des splines. La valeur calculée pourla fréquence de lâcher de tourbillons est en très bon accord avec lesmesures et les calculs préexistants.
  • Le 18 janvier 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Florian Longueteau (ONERA - CERT, Toulouse)
    Calcul d\'instabilités dans le sillage d\'un bec de bord d\'attaque
    Dans le contexte aéronautique actuel en plein essor, les nuisancescausées par les aéronefs sont en forte augmentation. Lors de la phased'approche, le bruit créé par les moteur est d'égale intensité avec lebruit d'origine aérodynamique (voilure et système d'hypersustentation).Dans les trois éléments composant le système d'hypersustentation(volets, trains et becs), c'est le bec qui émet le plus de bruit. Enparticulier, le spectre émis par ce dernier contient un 'pic sonore'attribué au lacher de tourbillons qui a lieu dans le sillage du bord defuite du bec.Cet exposé présente l'application de la théorie de la stabilité linéaireau calcul de la fréquence de ce lâcher de tourbillons. Dans un premiertemps, la notion de stabilité linéaire est rappelée brièvement et lesdifférents outils théoriques nécessaires au calcul, comme le critèred'instabilité absolue/convective. La formulation du problème destabilité à partir des équations d'Euler aboutit à un problème auxvaleurs propres généralisé qui est résolupar un code de calcul utilisant une méthode de collocation spectralebasée sur les polynômes de Tchebychev.Le code a été étendu pour le traitement du sillage derrière le bord defuite du bec.Dans un second temps, on utilise ce code pour appliquer le critèred'instabilité absolue sur trois profils extraits dans le sillage du bordde fuite du bec et interpolés par des splines. La valeur calculée pourla fréquence de lâcher de tourbillons est en très bon accord avec lesmesures et les calculs préexistants.
  • Le 1er février 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Matthieu Gendulphe
    Systole et invariant d\'Hermite
    Nous tenterons d'initier les participants à la géométrie ettopologie des surfaces à travers le problème de la systole.Nous introduirons d'abord différentes structures sur les surfaces(topologique...). Nous aborderons ensuite le problème de la systole ensoulignant sa parenté avec l'invariant d'Hermite des réseaux euclidiens. Tout ceci sera prétexte à des manipulations topologico-géométriques richement illustrées. L'exposé se voudra élémentaire.
  • Le 22 février 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Martin Weimann
    Les théorèmes d'Abel et d'Abel-inverse
    On définit la notion de trace dans l'espace projectif: naïvement si f est une fonctionrationnelle sur une courbe algébrique C de P², sa trace en la droite L est la somme deses valeurs sur les points d'intersection (en nombre fini) de C avec L.On démontrera- le Théorème d'Abel: la trace d'une fonction (ou d'une forme) rationnelle sur C estune fonction (ou une forme) rationnelle sur la grassmanienne (espace des droites de P²).- le Théorème d'Abel-inverse: une courbe analytique C d'un ouvert 1-concave munie d'une1-forme méromorphe Phi se prolonge en une courbe algébrique munie d'une 1-formerationnelle si et seulement si la trace de Phi sur C est rationnelle.
  • Le 1er mars 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Yves Raudin (UPPA)
    Problèmes elliptiques dans le demi-espace et espaces de Sobolev avec
    \npoids.
    Pourquoi ces espaces? Les résultats antérieurs sur l'opérateur de Laplace. Résultats obtenus sur le problème biharmonique et prolongements à l'opérateur de Stokes.
  • Le 15 mars 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Sophie Michel
    Optimisation des tournées de véhicules combinées à la gestion de stock
    Nous considérons le réapprovisionnement des stocks client (pour un produit unique) par une flotte de véhicules. Le problème consiste à élaborer un planning périodique de visite qui évite les situations de rupture de stock chez les clients tout en minimisant les coûts des tournées des véhicules. Nous utilisons une approche de décomposition de Dantzig-Wolfe pour formuler ce problème. Sur la base de cette formulation, nous développons des méthodes approchées pour obtenir une solution.
  • Le 29 mars 2006 à 16:00
  • Salle 2
    Minh-Phuong LAM (EDF Chatou)
    Méthode de suivi de particules en milieux poreux hétérogènes 3D
    Le transport de traceurs dans les milieux poreux est décrit par une équation classique d'advection-dispersion. Résoudre directement cette équation s'avère difficile et les solutions obtenues sont affectées par de la diffusion numérique. Une méthode particulaire dite de Random-Walk est utilisée comme alternative. Il s'agit d'une approche lagrangienne dans laquelle l'évolution de la concentration de traceurs est représentée par le déplacement d'un nuage de particules suivant une composante advective et une composante dispersive aléatoire. L'implémentation de la méthode particulaire de marche aléatoire dans le code ESTEL3D sera détaillée. Les discontinuités des paramètres de transport aux interfaces sont traitées par une méthode de lissage et un système de coordonnées locales est utilisé afin de faciliter le repérage des particules.
  • Le 26 avril 2006 à 16:00
  • Salle 2
    Ludovic Ricard (Edinburgh)
    Simulation d\'écoulement en milieu poreux : Intérêts et développement de l\'approche monophasique
    La récupération des hydrocarbures est un processus qui, bien souvent, fait intervenir des écoulements multiphasiques dans un environnement géologique très complexe. Les données disponibles étant de nature et de résolution très diverses, l'étape de construction d'un modèle hydrodynamique du sous-sol en accord avec les données disponibles nécessite d'effectuer de nombreux changements d'échelles et de nombreuses simulations d'écoulements. D'autre part, la forme particulière de la loi de Darcy permet de différencier, au moins au premier ordre, les impacts des hétérogénéités de la roche de celles des fluides. Aussi l'étude du changement d'échelle d'un écoulement monophasique permet de construire un modèle représentatif du sous-sol suffisamment précis pour envisager les études multiphasiques.Dans le cadre de cet exposé, on présente la problématique générale de construction d'un modèle représentatif du sous-sol ainsi que les récents développements en matière de simulation d'écoulement monophasique en milieu poreux.
  • Le 17 mai 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Benjamin Braconnier (Bordeaux)
    Simulation numérique d' écoulements multiphasiques
    Les fluides sont supposés compressibles et non miscibles. Plusieurs modèles ont été étudiés etcomparés. Les effets de tension de surface sont pris en compte par la méthode CSF de Brackbill. Un préconditionnement permet l'étude d'écoulements ayant un nombre de Mach faible.
  • Le 24 mai 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Abdlilah BOUALI
    Generalized Humbert polynomials and tau-function for analytic curves
    In this talk, we define a new class of Humbert's polynomials which generalizes the well-known class of Gegenbauer, Legendre, Pincherelle, Horadam-Mahon, Kiney, Hordam-Pethe, Gould and Path-Khan polynomials. We show that our generalized Humbert polynomials are eigenpolynomials of the Hamiltonian of the Calogero-Sutherland model. Finally, we point out that these generalized Humbert polynomials provides new representations for some classical objects of complex analysis: Green's function, Bergman's kernel, Schwarzian derivative and the tau-function for analytic curves.
  • Le 31 mai 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Fabien Pazuki
    Introduction aux courbes elliptiques
    Je souhaite faire une introduction générale à cette classe de courbes très particulière issue de problèmes diophantiens, les courbes elliptiques, et montrer des raisons pour lesquelles leur étude est importante : théorème de Fermat, cryptographie, grandes conjectures. Après une description de l'objet et de ses propriétés, je préciserai les conjectures portant sur le rang et la torsion du groupe des points rationnels.
  • Le 14 juin 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Vincent Lescarret
    Optique géométrique dispersive et transmission d\'onde à spectre large
    Après une introduction de l'optique géométrique dispersive on présentera quelques modèles d'EDP, issus des équations de Maxwell, qui prennent en compte à divers niveaux d'approximation la largeur du spectre des solutions envisagées. On terminera par quelques commentaires sur les modifications que l'on doit apporter à ces modèles pour prendre en compte le problème de transmission.
  • Le 21 juin 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Eric Balandraud
    Aspects combinatoires des polynômes symétriques
    On présentera des polynômes symétriques, et plus particulièrement les formules de Newton et Waring.
  • Le 18 octobre 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Marc Hindry (Paris)
    Hommage à Serge Lang
    Soit V l'ensemble des zéros communs d'une famille de polynômes à coefficients entiers (variété algébrique). On s'intéressera aux solutions à coordonnées rationnelles de ces équations. La géométrie de V peut-elle nous renseigner sur la répartition des solutions rationnelles (ou entières)? Inversement peut-on deviner la géométrie de V à l'aide de renseignements sur les points rationnels? On ne dispose que d'un petit nombre de théorèmes mais Serge lang a proposé un dictionnaire liant arithmétique et géométrie que je tenterai de décrire en donnant des exemples.
  • Le 8 novembre 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Ludovic Gatard
    Méthodes intégrales pour la résolution des équations de Maxwell
    Nous résolvons, par l´emploi de méthodes d´équations intégrales et d´élémens finis, les équations de Maxwell. On considère le cas des hautes fréquences en régime harmonique lorsque le domaine extérieur est non borné. Pour la résolution de ce système, nous avons à disposition deux méthodes que nous exposerons : une méthode multipôle, et une méthode couplant les méthodes de discrétisation microlocale et multipôle. Pour chacune de ces méthodes, nous regardons les effets produits par l´utilisation d´éléments finis d´ordre élevé.
  • Le 22 novembre 2006 à 14:00
  • Salle de Conférences
    Florent Jouve
    Fonctions Zeta de graphes
    Dans l´étude d´un graphe fini, on peut être amené à considérer les chemins fermés sur ce graphe. Si ces chemins vérifient quelques propriétés très naturelles, on les appelle géodésiques premières. On verra en quoi ces chemins particuliers sont aux chemins fermés ce que les nombres premiers sont aux entiers. Poursuivant cette analogie, on définira la fonction Zeta d´un graphe et on établira certaines de ses propriétés que l´on pourra comparer à celles de la fonction Zeta de Riemann.
  • Le 6 décembre 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Réda Amine Choukrallah (Bordeaux)
    Lacunarité et cyclicité pour le shift adjoint
    résumé
  • Le 20 décembre 2006 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Jean Creignou (Bordeaux)
    Espaces Vectoriels et télécommunications
    Cet exposé sera articulé en 3 parties. On expliquera d'abord le lien entre les télécommunications sans fils et les configurations d'espaces vectoriels (d'un point de vue qualitatif). Puis on exposera les grandes lignes d'une méthode générale de construction donnant lieu à des configurations optimales. Si le temps le permet, le thème des bornes sur le nombre d'éléments de telles configurations sera abordé.
  • Le 24 janvier 2007 à 15:00
  • Salle 100
    [Sémianire de Théorie des Nombres] Jean Creignou
    Quelques problèmes autour des algèbres à division
    Après une brève motivation issue de la théorie des communications multi-antennes (MIMO), plusieurs méthodes de construction d'algèbres à divisions seront présentées avant d'aborder les problèmes théoriques liés aux applications.
  • Le 24 janvier 2007 à 15:00
  • Salle 100
    [Sémianire de Théorie des Nombres] Jean Creignou
    Quelques problèmes autour des algèbres à division
    Après une brève motivation issue de la théorie des communications multi-antennes (MIMO), plusieurs méthodes de construction d'algèbres à divisions seront présentées avant d'aborder les problèmes théoriques liés aux applications.
  • Le 24 janvier 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Sanae Loulidi
    Contrôle optimal stochastique et application en finance
    Le but de cet exposé est de fournir une introduction aux problèmes d\'optimisation dynamique stochastiques et aux méthodes numériques utiles en finance. On s\'intéresse en particulier à l´évaluation d\'option et à l\'optimisation dynamique de portefeuilles lorsque les prix des actifs sont modélisés par des processus stochastiques markoviens. Le prix d\'une option européenne est dans certains cas solution d\'une équation aux dérivées partielles parabolique (équation de Kolmogorov). Le problème type de gestion de portefeuille est le suivant : déterminer la stratégie, en avenir incertain, qui maximise un certain critère, par exemple, une fonction d\'utilité de la richesse ou de la consommation, les variables de décision étant quand, combien et où investir.
  • Le 7 février 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Oswaldo Velasquez (Bordeaux)
    Stabilité et alignement des zéros d'une fonction méromorphe
    Aprés avoir présenté le théorème d'Hermite-Biehler, qui lie les concepts de stabilité et d'alignement des zéros dans le cas des fonctions entières, on relâche la condition de stabilité en vue d'étudier des fonctions liées à la fonction dzêta de Riemann.
  • Le 14 février 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Abdallah Khochman
    Opérateur de Dirac et résonnances
    résumé
  • Le 7 mars 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Aurélien Galateau (Paris 6 Pierre et Marie Curie)
    Quelques théorèmes de finitude en géométrie diophantienne
    La conjecture de Mordell est le plus célèbre des énoncés de finitude en théorie des nombres démontrés depuis le début des années 80, parmis lesquels figurent aussi la conjecture de Manin-Mumford et la conjecture de Bogomolov. Je rappellerai ces conjectures en montrant leurs diverses généralisations, dont la conjecture de Mordell-Lang qui les regroupe toutes. Une version raffinée de la conjecture de Bogomolov permet de borner le nombre de points dans la conjecture de Mordell, suivant l'approche diophantienne introduite par Vojta quelques années après la preuve originale de Faltings. Des raffinements d'un autre ordre permettent d'obtenir des résultats qualitatifs dans la direction de la conjecture de Zilber-Pink, qui décrit l'intersection d'une variété avec des sous-groupes de codimension raisonnablement grande, un sujet qui à été initié par les travaux de Bombieri, Masser et Zannier.
  • Le 14 mars 2007 à 11:00
  • Salle 100
    Manuel Pegourié-Gonnard (Paris 6)
    SEMINAIRE -Théorie des nombres- Inégalités diophantiennes.(titre à confirmer)

  • Le 21 mars 2007 à 11:00
  • Salle 100
    Luca Caputo (Bordeaux1)
    Introduction au K2 des corps de nombres. (Theorie des Nombres)

  • Le 21 mars 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Elie Nasr (Bordeaux)
    Imagerie Médicale (Séminaire doctorants)
    On fera une introduction générale sur le principe de la 'Tomographie Monophotonique' et on exposera 3 méthodes d'inversion classiques en imagerie médicale. On appliquera une méthode de 'Matching-Pursuit' adaptée à une certaine classe d'image via un dictionnaire spécifique inspiré de la transformation de Radon atténuée afin de pouvoir tirer des résultats et constatations sur l'inversion de cette transformation en présence d'une atténuation inconnue.
  • Le 28 mars 2007 à 11:00
  • Salle 100
    Anthony Martin
    Seminaire (Théorie des Nombres) : L'irrationalité de Zeta(3) par la méthode de Beukers

  • Le 4 avril 2007 à 11:00
  • Salle 100
    Andrea Surroca
    (Seminaire théorie des nombres) Méthode de Baker, conjecture BSD et conjecture ABC.

  • Le 4 avril 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Pierre-Louis Cayrel (Limoges)
    Cryptographie et attaques algébriques
    Cet exposé commencera par une intéressante introduction à la cryptographie (la science des messages codés). Diverses méthodes de chiffrement seront exposées. Le problème posé par l'utilisation de 'registres à décalage' dans cette discipline sera abordé à plusieurs niveaux menant à la notion d'attaques algébriques. Finalement quelques problèmatiques actuelles seront soulevées.
  • Le 18 avril 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Paul Vigneaux (Bordeaux)
    Dynamique aux abords de nos plages : vagues et autres ondes en milieu côtier
    Aprés avoir décrit les processus de formation de la houle, nous présenterons les modifications causées par son arrivée à la côte. Nous insisterons ensuite sur la dynamique des vagues lors du déferlement dans un système barre-baïne comme on peut en rencontrer sur la côte aquitaine ; le lien sera fait avec les implications pour la nage en mer. Enfin, nous aborderons les effets du forçage océanique sur les aquifères côtiers en l'illustrant sur le cas tout proche de la barrière côtière sur laquelle repose le Cap-Ferret et qui borde le bassin d'Arcachon.
  • Le 2 mai 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Sandra Tancogne (Bordeaux)
    Microfluidique bifluide
    Il s'agira dans cet exposé de décrire les écoulements caractéristiques de la microfluidique et de présenter quelques propriétés des interfaces dans le cas bifluide.
  • Le 9 mai 2007 à 14:00
  • Salle 100
    Anna Morra
    Séminaire des doctorant en Théorie des Nombres. 'Formes quadratiques binaires , loi de composition de Gauss et Théorie de Bhargava'

  • Le 16 mai 2007 à 16:00
  • Salle 2
    Cécile Armana (Paris 7)
    Les formes modulaires, la 'cinquième opération de l'arithmétique'
    Selon Eichler, il y aurait cinq opérations fondamentales en arithmétique : l'addition, la soustraction, la multiplication, la division et les formes modulaires. Cet exposé sera une introduction élémentaire à ces fonctions exceptionnellement 'symétriques' et aux premiers problèmes arithmétiques qu'elles permettent d'aborder, comme le nombre de façons d'écrire un entier comme somme de quatre carrés. Nous évoquerons ensuite d'autres questions arithmétiques plus profondes, ouvertes ou non, liées aux formes modulaires.
  • Le 30 mai 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Ludivine Vignon
    Modélisation Mathématique des équilibres atmosphériques, application aux cyclones tropicaux.
    La simulation de tout phénomène atmosphérique exige de disposer d'une base de données en pression, densité et température qui soit en parfait équilibre statique. Mais les mesures de ces trois champs à différents niveaux d'une colonne atmosphérique posent d'importants problèmes techniques et les données fiables se retrouvent en général très réduites. L'étude présentée décrit une technique originale qui permet une reconstitution fiable à partir d'un très faible nombre de données. La fiabilité de la méthode est assurée par un test utilisant des schémas équilibres. Dans une deuxième partie, nous construirons un système d'équations permettant de déterminer la trajectoire d'un cyclone tropical ainsi que la trajectoire des particules d'atmosphère à l'intérieur du cyclone. Pour finir, nous présenterons quelques résultats et tests de validation.
  • Le 20 juin 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    Jérémie Joudioux
    Problème de Cauchy global pour une équation d'onde non linéaire
    résumé
  • Le 4 octobre 2007 à 10:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire des Doctorants en Théorie des Nombres ]
    Enumération d'extensions cubiques de corps de nombres
    \n(salle 100 à confirmer)

  • Le 25 octobre 2007 à 10:00
  • Salle 100
    [Séminaire des doctorants en Théorie des Nombres]
    \nMike Lache (Bx1), 'Preuves de type Mordell-Weil'.

  • Le 6 novembre 2007 à 16:00
  • Salle 1
    [Séminaire LAMBDA]
    Statistique (non paramétrique) pour l'étude des gènes en biologie.

  • Le 8 novembre 2007 à 10:00
  • Salle 100
    [Seminaire de théorie des Nombres] Anna Cadoret
    Groupe Fondamental Etale (Part I)
    Le 'chaos quantique' consiste en l'étude spectrale de certains opérateurs deSchr'odinger, dont le flot classique associé est 'chaotique'.Au niveau classique, la technique dessections de Poincaré permet de réduire la dynamique d'un flotà celle d'une transformation discrète (dite de Poincaré) agissantsur un espace des phases de dimension inférieure. Plus généralement,les transformations à temps discret constituent depuis longtemps un 'laboratoire'de systèmes dynamiques, permettant d'obtenir des résultats plus simples et plusprécis que pour les flots.Face à ce constat, on a cherché à 'quantifier' certaines transformations chaotiques,dans l'espoir d'apporter un éclairage neuf sur les conjectures/problèmesdu chaos quantique. Ces transformations quantiquespermettent des études numériques et des représentations visuelles très directes.Certaines de ces transformations ('chat d'Arnold quantique','boulanger quantique') se sont révélées être des modèles très riches, ayant desramifications en théorie des nombres, et fournissant des réponses à des conjectures nontriviales.Le lien entre transformations quantiques et opérateurde Schr'odinger a pu être réalisé dans des cas (très) particuliers.
  • Le 15 novembre 2007 à 10:00
  • Salle 100
    [Séminaire de théorie des Nombres] Marco Illengo (Bx1/Pise)
    Points quadratiques sur la quatrième courbe de Fermat.

  • Le 21 novembre 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Anna Morra
    Courbes elliptiques et Cryptographie
    Dans cet exposé nous présenterons quelques notions de cryptographie asymétrique, puis nous décrirons des exemples d'algorithmes de chiffrement et d'échange de clef.Nous introduirons ensuite la notion de courbe elliptique et la structure de groupe associée.Enfin, nous montrerons comment utiliser ces courbes en cryptographie et quels sont les avantages qu'elles apportent par rapport à des méthodes plus classiques.
  • Le 22 novembre 2007 à 10:00
  • Salle 100
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Vincent Pit
    Formes de Maass et équations fonctionnelles de Lewis-Zagier

  • Le 29 novembre 2007 à 10:00
  • Salle 100
    [Séminaire de théorie des Nombres] Hervé Diet
    Groupe compact et fonctions zonales
    Le but est de trouver une base orthogonale de l'espace L^2(G) et du sous-groupe des fonctions zonales. Pour cela on passera par les représentations du groupe G, un théorème de Schur et le théorème de Peter-Weyl.
  • Le 5 décembre 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Vincent Guyonne
    Stabilité pour flammes sphériques
    Après introduction du problème physique, nous considéronsun modèle mathématique décrivant l'évolution de flammes sphériques en présence d'un champ radiatif. Plus précisemment, nous étudirons la stabilité radiale des solutions au voisinage des états stationnaires, dont l'existence sera prouvée en premier lieu.
  • Le 6 décembre 2007 à 10:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire de théorie des Nombres] Alain Couvreur et Anne Granier
    Introduction aux groupes algébriques affines et théorème de linéarisation
    Nous commencerons par quelques rappels de géométrie algébrique, puis donneronsla définition d'un groupe algébrique et la caractérisation des opérationsélémentaires via les algèbres de Hopf.Ensuite, après avoir présenté quelques exemples, nous nous focaliserons plusprécisément sur les groupes algébriques affines et montrerons qu'un tel groupeest toujours isomorphe (en tant que groupe algébrique) à un sous-groupe d'ungroupe linéaire.
  • Le 19 décembre 2007 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Mehdi Hassani
    Inequalities Involving Prime Numbers
    We talk about the distribution of primes from the analytic view point, following historical background. The Riemann zeta function and the relation of its zeros to the primes allows us to estimate Chebychev functions by the Rosser-Schoenfeld method and then approximate other primes distribution functions, which are some explicit inequalities concerning primes.
  • Le 20 décembre 2007 à 10:00
  • Salle 100
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Fabien Pazuki
    Descent on elliptic curves
    'Descent on elliptic curves'.Only few prerequisites are needed to follow what he plans to expose.
  • Le 9 janvier 2008 à 10:30
  • Salle 1
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Fabien Pazuki
    Minoration de la hauteur de Néron-Tate sur les variétés abéliennes de dimension 2

  • Le 16 janvier 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Delphine Depeyras
    Vérification et validation de la méthode 'Detached Eddy Simulation' (DES) sur un profil d'aile avec glace
    Depuis les débuts de l'utilisation de la modélisation numérique en industrie, la méthode de résolution de la turbulence 'Reynolds Averaged Navier-Stokes' (RANS) a toujours été prédominante. Même si dans cette méthode toutes les échelles de la turbulence sont modélisées, RANS a été, jusqu'à présent, suffisament précise pour prédire les caractéristiques des décollements des écoulements turbulents. Cependant, aux abords de l'angle de décrochage, la méthode RANS ne capture pas de façon robuste les non-linéarités dues au large décollement sur l'extrados.Grâce au développement des puissances informatiques, de nouvelles technologies peuvent maintenant être envisagées de façon à capturer les tourbillons présents dans les zones de séparation comme les méthodes de 'Direct Numerical Simulation' (DNS), 'Large Eddy Simulation' (LES) moins couteuse en temps de calcul que la première et les méthodes hybrides telles que 'Detached Eddy Simulation' qui permettent de mixer les avantages de deux méthodes.L'étude présentée consiste en la validation d'une méthode DES sur un profil d'aile avec glace. Pour ce faire, une première partie rappellera les propriétés de la turbulence. Ensuite, la méthode DES sera présentée de façon théorique, puis appliquée au cas d'étude classique de la marche descendante. Enfin, après une rapide présentation du phénomène de dépôt de glace et de ses conséquences en terme d'aérodynamique, nous verrons des résultats DES sur un profil d'aile avec glace.
  • Le 17 janvier 2008 à 11:00
  • Salle 100
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Florent Jouve
    Le théorème de Lang pour les groupes algébriques sur les corps finis

  • Le 23 janvier 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminanire LAMBDA] Bertrand Meyer
    Sommes de carrés

  • Le 24 janvier 2008 à 14:00
  • Salle 300
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Jean Creignou
    A propos d'algèbres à division
    Après une brève motivation issue des télécommunications multi-antennes (MIMO), plusieurs méthodes pour construire des algèbres à division seront présentées. La mise en application en respectant l'ensemble des contraintes provenant du contexte donne lieu à des problèmes mathématiques complexes.
  • Le 27 janvier 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire Jouve-Pazuki] Anna Morra
    Algorithme de Satoh : comptage de points sur les courbes elliptiques sur Fq

  • Le 31 janvier 2008 à 14:00
  • Salle 300
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Jérôme Gärtner
    Formes Modulaires et Courbes Elliptiques : les points de Heegner.
    Le but de cet exposé est d'aborder la notion de points de Heegner. Pour cela je compte commencer par exposer la théorie des formes modulaires (opérateurs de Hecke, d'Atkin-Lehner, fonctions $L$...) dans le but de comprendre le théorème de modularité des courbes elliptiques. La deuxième partie consistera en un bref survol de ce que je sais des points de Heegner.
  • Le 5 février 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Jean Creignou
    Corps de Nombres VS Algèbres à division
    On exposera plusieurs propriétés des algèbres à division qui sont fort proches de la théorie des extensions de corps.
  • Le 6 février 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Mohamed Chaouch
    Quantile spatial: Définition et méthode d'estimation.
    Les quantiles univariés sont fréquemment utilisés pour calculer des statistiques descriptives de la population.Ces quantiles sont calculés suivant un critère d'ordre sur les observations.Dans le cas de variables multivariées, l'absence d'un critère pour ordonner les observations représente un obstacle pour définir les quantiles spatiaux ou multivariés. Dans le cadre d'études biomédicales ou industrielles par exemple, on cherche souvent à déterminer le quantile d'un vecteur aléatoire conditionnellement à un autre. Ainsi, nous traiterons dans un premier temps le cas de quantiles spatiaux non conditionnels, puis celui de quantiles spatiaux conditionnels.Dans cette communication, nous nous focaliserons sur la notionde quantile spatial telle qu'elle a été proposée par Chaudhuri et nous donnerons les estimateurs correspondants.Enfin ces différentes notions de quantiles spatiaux conditionnels et non conditionnels seront illustrées à l'aide de données simulées.
  • Le 12 février 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Pascal Molin
    Arithmoclasties

  • Le 20 février 2008 à 16:00
  • Salle 1
    [Séminaire LAMBDA] Vincent Pit
    Promenade théorique et pratique autour d'un exemple de système dynamique
    La théorie des systèmes dynamiques vise à étudier l'évolution d'objetsou de configurations en fonction du temps (tels que l'itération defonctions ou les équations différentielles). Motivés par un exemple desystème dynamique algébrique, nous serons amenés à présenter des thèmesfondamentaux de la discipline (homéomorphismes du cercle, théorieergodique). Nous nous intéresserons aussi aux problèmes numériques etalgorithmiques qui sont apparus lors de l'étude informatique du système.
  • Le 4 mars 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Bertrand Meyer
    Démonstration de la conjecture d'Oppenheim.

  • Le 5 mars 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Vincent Bansaye
    Mathématiques et biologie: Modèle de branchement pour la prolifération de parasites dans une cellule en division
    On considère un processus de branchement pourmodéliser la division d'une cellule qui contient desparasites se reproduisant de manière aléatoire et serépartissant aléatoirement dans les deux cellulesfilles au moment de la division. On cherche laprobabilité de guérison de l'organisme, le nombreasymptotique de cellules contaminées et lesproportions asymptotiques de cellules contaminées avecun nombre donné de parasites.
  • Le 18 mars 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire de Théorie des Nombres] Pierre Bel
    Critères d'indépendance linéaire

  • Le 19 mars 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Pascal Molin
    Factorisation d'entiers
    Depuis Euclide on sait que tout nombre s'écrit de manière unique comme produit de facteurs premiers, toutefois l'obtention d'une telle décomposition est un problème calculatoire redoutable. Outre l'éventualité de gagner des milliards de dollars en anéantissant les systèmes cryptographiques actuels, la recherche de bons algorithmes de factorisation est d'une importance cruciale en théorie algorithmique des nombres où de nombreux calculs pratiques butent rapidement sur la lenteur des factorisations sous-jacentes (par exemple dès que l'on veut calculer un anneau d'entiers). Nous verrons comment factoriser de tête et en cinq secondes des nombres comme 8051, puis nous fraierons un chemin parmi les multiples méthodes mises au point au cours de l'histoire pour aborder plus en détail les algorithmes de crible quadratique et algébrique.
  • Le 1er avril 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire des doctorants] Irène Sommer
    Pseudomeasures for non-abelian Iwasawa L-functions

  • Le 2 avril 2008 à 16:00
  • Salle 1
    [Séminaire LAMBDA] Hervé Diet
    Problème de Coloration: Théorème des quatre couleurs et nombre chromatique
    En 1852 Francis Guthrie, cartographe anglais, remarque que quatre couleurs suffisent pour colorer la carte des cantons anglais. D'après cette remarque Cayley publiera en 1878 la conjecture du théorème des quatre couleurs, qui restera en l'état jusqu'en 1995. Ce théorème se place dans le contexte plus général des problèmes de coloration des graphes, et du nombre chromatiques. Cet exposé a pour but de montrer comment cette conjecture a pu être levée, et aussi de faire un tour d'horizon des résultats sur la coloration.
  • Le 8 avril 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire de théorie des nombres] Aaron Levin (Brown University)
    Runge's method and the effective computation of integral points.

  • Le 15 avril 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire des doctorants en théorie des nombres] Pascal Molin
    construction de polynômes (irréductibles) ayant des racines modulo tous les entiers.

  • Le 16 avril 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Cédric Joncour
    Différentes méthodes de résolution des PLNE

  • Le 29 avril 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Baptiste Morin
    Sur la\ncohomologie Weil-étale des corps de nombres

  • Le 7 mai 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Claude Guennou (Univ. Brest)
    Modélisation et simulation numérique de la propagation des ondes sismiques

  • Le 21 mai 2008 à 14:00
  • Salle 2
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Florent Jouve soi-même
    preuve de Dvir de la conjecture de Kakeya sur les corps finis

  • Le 21 mai 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Arthur Sarthou (ENSCPB)
    Méthodes de pénalisation de sous-maille pour la simulation des interactions obstacles/écoulements

  • Le 27 mai 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Anthony Martin (Besançon)
    Tours de Hilbert

  • Le 28 mai 2008 à 14:00
  • Salle 2
    [Séminaire Jouve-Pazuki bis] Asher Auel (université de Pennsylvanie)
    Frohlich twisting via Artin motives

  • Le 3 juin 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Oswaldo Velasquez (Caen)
    Zéros d'approximations de la fonction zêta.

  • Le 11 juin 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Benjamin Dupuy
    Sur certaines équations diophantiennes

  • Le 11 juin 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Aubin Bellue
    Une approche paraxiale de l'intéraction laser plasma

  • Le 18 juin 2008 à 16:00
  • Salle 1
    [Séminaire LAMBDA] Jérémie Joudioux (Brest)

  • Le 24 juin 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Benoît Grandpierre
    A propos d'une classe de formes modulaires réflexives
    Dans cet exposé, nous parlerons d'une nouvelle classe de formes modulaires pour les groupes orthogonaux. Nous pouvons les appeler les fonctions filles de $\Phi_{12}$, car elles sont obtenues comme quasi-restriction de la célèbre fonction dénominateur de la Fake Monster Lie Algebra, $\Phi_{12}$, due à Borcherds. Cette classe contient, modulo quelques transformations, un nombre fini de fonctions.Nous nous intéresserons aujourd'hui aux formes dites réflexives. En particulier, nous présenterons une nouvelle construction très courte de la forme modulaire de Siegel de poids $35$, $\Delta_{35}$ de Igusa. Ensuite, nous mettrons en évidence quelques liens avec la théorie du codage, et présenterons une famille de formes modulaires liées aux réseaux $2U\oplus m\A_1$, $1\leq m \leq 7$.
  • Le 25 juin 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire LAMBDA] Elie Nasr
    Méthode algébrique exacte pour la correction d'atténuation en SPECT

  • Le 23 septembre 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Klaas-Tido Rühl, EPFL Lausanne
    Construction non cohomologique du groupe de Brauer

  • Le 30 septembre 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Cédric Pépin
    Modèles des courbes et des variétés abéliennes
    On introduira la notion de modèle en géométrie arithmétique. Les deux cas qui nous intéresserons seront les modèles des courbes et les modèles des variétés abéliennes. On détaillera notamment le cas des courbes elliptiques (à la fois courbes et variétés abéliennes), et on en donnera une application à l'arithmétique des courbes elliptiques sur un corps local.
  • Le 7 octobre 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Pierre Bel
    Irrationnalité des valeurs de fonctions L p-adiques

  • Le 20 octobre 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire Jouve-Pazuki] Gyan Prakash
    Sum-free sets, sets with small sumset and the clique number of random Cayley graphs.
    résumé
  • Le 22 octobre 2008 à 16:00
  • Salle 1
    [Séminaire Lambda] Andrew Miller
    A Parallel Macro Partitioning Framework for Mixed Integer Programming
    Beaucoup de problèmes dans le domaine de la programmation mathémathiques en nombres entières (qu'on appellera MIP, pour Mixed Integer Programming) sont très difficiles à résoudre. En particulier, les problèmes qui nous viennent de la planification des réseaux de distribution et de la logistique des services hospitaliers et militaires. Pour leur résolution, il existe un intérêt montant dans l'utilisation des grilles de calcul et des architectures de haute performance (parallélisme massif). La plupart des approches qui essayent d'appliquer des ressources de calcul parallèle à la résolution des problèmes MIP se focalisent sur la façon de faire marcher en parallèle les algorithmes classiques de 'branch-and-bound'. L'augmentation de vitesse ainsi obtenu peut-être considérable, mais ça ne s'approche jamais à une augmentation linéaire dans le nombre de processeurs. Cependant, l'avenir promet de fournir beaucoup plus de ressources pour la résolution de MIP qu'on sait résoudre avec efficacité.

    Dans cet exposé, je parlerai d'un nouveau cadre de résolution pour les problèmes de MIP qui utilise les recherches simultanées sur beaucoup de processeurs différents dans une architecture de calcul de haute performance. Elle essaye de créer du travail pour des douzaines, voir centaines, de processeurs très rapidement, mais de le faire d'une manière qui diminuent l'intersection du travail fait parmi les différents processeurs autant que possible. Nous achèverons cet exposé par l'application des idées des heuristiques récemment développées pour la recherche de solutions réalisables pour les problèmes MIP. Ces idées nous permettent de développer des stratégies de division de l'espace réalisable qui sont capables d'exploiter les ressources disponibles que la méthode classique de brancher sur une seule variable.

    Ce travail est toujours en cours, mais les résultats déjà montrent l'efficacité de cette approche. Par exemple, notre algorithme (écrit entièrement avec les codes 'open-source') est déjà compétitif avec les logiciels commerciaux les plus performants sur une plate-forme de 32 processeurs, et notre approche est capable d'utiliser même beaucoup plus de processeurs à la fois (ce qui n'est pas le cas pour les solveurs commerciaux).

    Cette recherche se fait en collaboration avec Mahdi Namazifar, qui travaille à l'université du Wisconsin.
  • Le 27 octobre 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Nicolas Jacquet
    Distributions O(p,q) invariantes sur R^(p+q), vecteurs propres du\nd'Alembertien
    Sur R^(p+q), nous choisissons une forme quadratique de signature (p,q). Onnote O(p,q) le groupe des matrices laissant stable cette forme quadratiqueet D le d'Alembertien correspondant à celle-ci. Nous recherchons lesdistributions O(p,q) invariantes et vecteurs propres de D.L'invariance par O(p,q) des distributions nous incite à étudier dans unpremier temps les orbites de R^(p+q) sous l'action de O(p,q). Celles-cisont caractérisées uniquement par un nombre donné par la formequadratique. Cette constatation nous permet de nous ramener à R et dechercher certaines distributions sur cet ensemble, vecteurs propres d'unnouvel opérateur différentiel.Finalement on arrive sur des équations différentielles proches de cellesde type Bessel.
  • Le 12 novembre 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Delphine Depeyras
    Contrôles actifs et passifs, appliqués à l'aérodynamique d'automobile
    Les recherches entreprises aujourd'hui dans le domaine de l'aérodynamique appliquée à l'automobile s'effectuent dans la perspective du développement durable. L'objectif consiste à développer des solutions de contrôle utilisées seules ou en association capables de réduire d'au moins 30% la traînée moyenne des véhicules actuels sans contraindre le design, le confort, l'habitabilité et la sécurité des occupants.

    Dans cette optique, mon exposé propose dans un premier temps un tour d'horizon des différentes techniques de contrôle explorées à ce jour pour l'automobile, leurs avantages et leurs inconvénients. Ensuite, après un bref descriptif de l'outil numérique utilisé pour cette étude, je présenterai les meilleurs résultats obtenus à ce jour sur une géométrie d'automobile simplifiée (corps d'Ahmed) et bidimensionnelle pour :

    -un contrôle passif par milieu poreux,
    -un contrôle actif par jet soufflant et/ou aspirant et,
    -un couplage des deux précédents contrôles.

    Enfin, le travail en cours sur la géométrie tridimensionnelle sera abordé.
  • Le 18 novembre 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Marco Illengo
    Divisibilité locale-globale sur le tore algébrique
    résumé
  • Le 26 novembre 2008 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Sofiane Akkouche
    Le bas du spectre de l'opérateur de Schrodinger discret
    On étudie le bas du spectre de l'opérateur de Schrodinger (H=-Laplacien + Potentiel). Quand le bas du spectre est strictement positif, cela permet en particulier d'obtenir une décroissance exponentielle des solutions de l'équation de Schrodinger.

    On commencera par définir le laplacien discret par différences finies et on étudiera son spectre.

    On établira ensuite une condition nécessaire et suffisante sur le potentiel V de l'opérateur de Schrodinger pour que le bas du spectre soit strictement positif.

    Le résultat est vrai en dimension quelconque mais nous présenterons la preuve seulement dans le cas de la dimension 1, plus intuitif.
  • Le 10 décembre 2008 à 16:00
  • Salle 1
    [Séminaire Lambda] Florence Gillibert
    Résolution d'équations diophantiennes triangulaires
    Nous survolerons tout d'abord les notions de courbes elliptiques et de formes modulaires, puis nous présenterons les résultats essentiels obtenus par Ribet et Wiles dont découlent de nombreuses méthodes de résolution d'équations diophantiennes triangulaires que nous exposerons.
  • Le 16 décembre 2008 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire Jouve-Pazuki] Bertrand Meyer
    de l'intégrité des tablettes de chocolat

  • Le 14 janvier 2009 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Chiara Spina
    Une formule d'intégration par parties dans les espaces de Sobolev.
    résumé
  • Le 20 janvier 2009 à 14:00
  • Salle 1
    [Séminaire Jouve-Pazuki] Florian Luca
    Une petite introduction aux méthodes de crible
    Dans cet exposé on fera une petite introduction aux méthodes de crible. Onprésentera le crible de Brun et le crible de Selberg.
  • Le 28 janvier 2009 à 17:00
  • Salle 1
    [Séminaire Lambda] Sylvain Bénito
    Un peu de mécanique pour le mathématicien lamdba
    Dans cet exposé nous donnerons quelques éléments de cinématique et de théorie matérielle intervenant de façon usuelle en modélisation des milieux déformables fluides et solides. Si le temps le permet, nous illustrerons notre propos par un exemple tiré de l'élasticité.
  • Le 9 février 2009 à 14:00
  • Salle 1
    [séminaire Jouve-Pazuki] Pascal Molin
    groupe de Galois topologique

  • Le 11 février 2009 à 16:00
  • Salle de Conférences
    [séminaire Lambda] Roland Duclous
    Résolution numériques d'ordre élevée des équations de \nMaxwell-Fokker-Planck-Landau pour les plasmas de fusion crées par Laser.
    Une méthode directe, d'ordre élevé et déterministe est présentée pour le système de Vlasov-Maxwell non relativiste, couplé à des opérateurs de collision de type Fokker-Planck-Landau. Ce système 2Dx-3Dv modélise au niveau cinétique le tranport électronique et le dépôt d'énergie dans le cadre de la Fusion par Confinement Inertielle. Ainsi, le régime Hors Equilibre Thermodynamique Local est décrit avec des anisotropies de fonction de distribution arbitraires. De fortes contraintes numériques nous ont conduit à développer des méthodes spécifiques et des approches de validation appropriées. Ce type de méthodes peuvent être intéressantes dès lors que des couplages entre équations interviennent pour une physique multiéchelle, présentant un grand nombre de dimensions. Différents régimes et configurations physiques dans lesquels ce code a été utilisé seront présentés, comme la configuration double faisceaux, le régime fortement collisionnel, la génération nonlocale de champs magnétique. Les perspectives pour l'extension du modèle au régime relativiste seront évoquées.
  • Le 16 février 2009 à 14:00
  • Salle 2
    [séminaire Jouve-Pazuki] Florence Gillibert
    Théorie de Galois topologique, suite.

  • Le 11 mars 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Claire Bourbon
    Analyse sur les nombres p-adiques
    On introduira les nombres p-adiques et des espaces de fonctions associés,dans le but de construire un analogue de la fonction zeta de Riemanndans un cadre p-adique par interpolation du cas classique.
  • Le 18 mars 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Frédéric Gaunard
    Quelques mots sur le problème du sous-espace invariant et les opérateurs de composition hyperboliques
    Après avoir présenté le problème du sous-espace invariant et réintroduit les opérateurs de composition sur les espaces de Hardy, j'expliquerai brièvement la reformulation du problème du sous-espace invariant par les sous-espaces invariants minimaux des opérateurs de composition hyperbolique, résultat obtenu par Nordgren-Rosenthal-Winrobe en 1986.
  • Le 25 mars 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Aurélie Le Cain
    Analyse statistique du champ résultant de la superposition de multiples réseaux
    Le Laser Mégajoules est un laser de puissance destiné à assurer la pérennité de la dissuasion malgré l’arrêt définitif des essais nucléaires. Sa configuration complexe, ses 240 faisceaux rendent difficile et lourd le calcul du champ total. Une analyse statistique est donc nécessaire.

    Le Laser Mégajoules permet de recréer les conditions en température et en pression de la fusion. Celle-ci requiert que l’irradiation s’effectue de manière uniforme. Une fois lissée la tâche focale présente une multitude de points chauds mobiles, ce qui va créer l’impression d’uniformité spatiale requise.La maîtrise de ces points chauds est un élément essentiel pour une bonne interaction laser plasma, c’est pourquoi on cherche à caractériser les propriétés statistiques de ces points chauds.

    Dans un premier temps, on présentera la démarche réalisée durant le projet de fin d’étude. A savoir l’utilisation des notions d’échantillonnage et d’interpolation spatiale, dans le but de restreindre le nombre de points pour lesquels un programme de propagation calcule le champ. Puis dans un second temps on présentera deux méthodes d’interpolation qui ont été sélectionnées : l’interpolation par krigeage et l’estimation par noyaux.

    Enfin on étudiera une alternative : la fonction de Wigner qui permet à partir des fonctions d’autocorrélation d’évaluer le champ sans le faire propager.
  • Le 21 avril 2009 à 13:30
  • Salle 1
    [séminaire Jouve-Pazuki] Fabien Pazuki
    Un théorème de Nakazato sur les courbes modulaires.
    On s'intéressera dans cet exposé à certaines propriétés des points de Heegner sur les courbes elliptiques et les jacobiennes modulaires. On comparera un théorème de Nakazato et des calculs prolongeant l'article de Gross et Zagier. On évoquera enfin une application à une conjecture de géométrie diophantienne.
  • Le 22 avril 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Vanessa Kuentz
    Identification et quantification de sources de pollution sur un site urbain français
    La pollution atmosphérique est un problème grandissant de santé publique qui nécessite la mise en place de stratégies de contrôle de la qualité de l'air. Pour cela, les sources de pollution doivent être précisément identifiées et quantifiées. L'étude de cas présentée fait partie d'un programme scientifique initié par le Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable. Dans ce projet, des prélèvements de particules fines ont été réalisées sur un site urbain et leur composition chimique a été étudiée. La première étape a consisté à détecter le profil des sources et a pu être réalisée grâce à une Analyse en Composantes Principales, suivie d'une technique de rotation. Ensuite, la contribution de chaque source a pu être évaluée grâce à une approximation du modèle du récepteur par la méthode PMF (Factorisation à l'aide de Matrices Positives). Ainsi, l'utilisation de ces deux méthodes statistiques a permis de mettre en lumière cinq sources de poussières fines.
  • Le 6 mai 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Benoît Barusseau
    Maximalité de la norme des opérateurs de Toeplitz à symboles quasi-homogènes bornés
    L'opérateur de Toeplitz T est une compression de l'opérateur demultiplication par une fonction F appelé symbole de T, il a été trèsétudié sur l'espace de Hardy du cercle.Nous nous intéressons en particulier à la propriété suivante : norme deT égale norme infinie de F.

    Toujours vraie sur l'espace de Hardy elle est en générale fausse surl'espace de Bergman des fonctions holomorphe sur le disque unité et decarré intégrable.

    Ainsi nous cherchons pour une certaine classe de symboles ditsquasihomogènes à quelles conditions a-t-on cette égalité.

    Si le temps imparti le permet on verra une application à l'étude d'uneautre propriété : sur l'espace de Hardy du cercle le spectre de T_F est'comparable' dans certains cas à l'image du symbole,L'étude précédente permet de donner dans quels cas le spectre de T_Fest exactement l'image F(D) (pour F quasihomogène).
  • Le 27 mai 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Oumar Wone
    Intégrabilité d'équations differentielles dans le plan complexe
    On s'intéressera à l'étude qualitative de systèmes d' équations polynomiales dans C^{2}. Après la définition quelques notions: intégrales premières, courbes algébriques invariantes..., on présentera la stratégie de Darboux pour trouver des intégrales premières de systèmes polynomiaux enfin nous terminerons par un critère de Singer caractérisant les intégrales premières liouvilliennes.
  • Le 2 juillet 2009 à 17:30
  • Salle de Conférences
    [Séminaire Lambda] Michele Pace
    Particle methods in filtering and multi-targets tracking problems (Exposé en français)
    The non linear filtering problem consists in estimating the conditional distribution of a target's random path (X0...Xn) given the observations(Y0...Yn) delivered by a measurement device like a sensor, a radar, or more generally by any observation process which gives information,affected by some degree of uncertainity, about the state of the system.The particle approximation models for estimating the a posteriori distribution of target states are mainly composed by two steps: the evolution of initial samples using some dynamic equation, followed by a resampling step that selects particles according to their likelihood (inBayesian sense),with respect to the current observation.The idea of dynamically duplicating the better fitted individuals and moving them one step forward to explore promising state space regions is at thebasis of genetic algorithms, which find their place in the plethora of stochastic search algorithms.The talk illustrates recent lines of research on multi target tracking which use tractable approximations of the optimal multi-targetBayes filter defined on random sets (like the PHD or the CPHD filters) that maintain at their core the concept of particle prediction and update which can be directly mapped to the concepts of mutation and selection present in the every genetic algorithm.
  • Le 20 octobre 2009 à 13:00
  • Salle 2
    Frédéric Gaunard
    Interpolation dans certains espaces de fonctions analytiques et propriétés géométriques des noyaux reproduisants
    Après avoir réintroduit les espaces de Hardy, les espaces modèles (dont des car particuliers sont les espaces de Paley-Wiener) je présenterai les liens entre interpolation, condition de Carleson et propriétés géométriques (uniforme minimalité, basicité inconditionnelle, ..) des familles de noyaux reproduisants.
  • Le 10 mai 2011 à 13:15
  • Salle 2
    Elodie Pozzi (Lyon)
    Problème du sous-espace invariant, opérateurs universels et opérateurs de composition.
    Le problème du sous-espace invariant (P.S.I) est un des problèmes centraux en théorie des opérateurs : il porte sur l'existence ou non de sous-espaces invariants (non triviaux) pour un opérateur défini sur un espace de Banach complexe. Après en avoir donné un énoncé précis, nous verrons quelques résultats, répondant au P.S.I et dépendant pour la plupart de l'espace considéré. Cependant, ce problème reste à ce jour ouvert dans le cadre hilbertien. Nous introduirons alors la notion d'opérateurs universels : ces derniers étant des opérateurs 'modèles' fortement liés au P.S.I. Nous terminerons cet exposé en présentant les opérateurs de composition qui fournissent une large classe d'opérateurs universels.
  • Le 10 mai 2011 à 14:00
  • Salle 2
    Alain Blandigneres (Lyon)
    Opérateurs Hilbertien atteignant leur norme sur la boule unité.
    Dans cet exposé on s'attachera à caractériser les opérateurs définis sur un espace de Hilbert qui atteignent leur norme. Pour cela, nous utiliserons des outils et des résultats connus de théorie des opérateurs et d'analyse spectrale. Nous terminerons en appliquant ces résultats au cas des opérateurs 'classiques' comme les opérateurs de Toeplitz ou de Hankel.
  • Le 9 novembre 2011 à 13:00
  • Salle 2
    Arthur Laurent
    Représentation $p$-adiques, ($varphi$, $Gamma$)-modules et théorie de Hodge $p$-adique.
    résumé
  • Le 30 novembre 2011 à 13:00
  • Salle 2
    Grégory Dumont
    Dynamique des populations de neurones
    résumé
  • Le 13 décembre 2011 à 13:00
  • Salle 2
    Luis Pinto (Paris)
    Théorie des modèles et applications algébriques
    Cet exposé est une introduction à la théorie des modèles (en logique du premier ordre). Nous y donnerons les définitions de base ainsi que les premiers résultats, et terminerons par des exemples d'application de la théorie des modèles aux vraies mathématiques, exemples plutôt algébriques. Aucune connaissance n'est requise en logique mathématique.
  • Le 4 janvier 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Simon Labarthe
    Modélisation et mathématiques. L'exemple de la simulation du rythme cardiaque
    résumé
  • Le 18 janvier 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Bruno Winckler
    Introduction à l'analyse p-adique
    Cet exposé se voudra être une introduction à l'analyse p-adique. Même siles nombres et entiers p-adiques sont intéressants d'un point de vuealgébrique, je me bornerai à les introduire d'un point de vueanalytique, et je donnerai quelques propriétés topologiques desensembles qu'ils définissent.Je présenterai ensuite les séries p-adiques, et ce sera l'occasion dedéfinir l'exponentielle et le logarithme p-adiques. Les applicationsseront essentiellement arithmétiques : je montrerai comment utiliserl'analyse p-adique pour déterminer la structure du groupe multiplicatifd'un anneau Z/nZ, obtenir des résultats de finitude dans des équationsdiophantiennes, voire prouver que la fonction zêta de Riemann estrationnelle en les entiers négatifs (si le temps le permet).J'essaierai d'adopter un point de vue analytique autant que possible;ainsi, les pré-requis algébriques nécessaires seront limités.
  • Le 22 février 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Sophie Marquès
    Le langage des catégories
    La théorie des catégories donne une approche nouvelle sur le fondement des mathématiques et de la science, c'est une alternative au point de vue traditionnel de la théorie des ensembles. Elle organise les mathématiques et révèle des connexions entre les différents domaines mathématiques. En outre, elle constitue un langage utile en informatique, en logique, en philosophie et même en physique.Le but de cet exposé sera de mettre en évidence les différences de point de vue avec la théorie des ensembles classique et de donner une introduction de cette vaste théorie qui vous permettra peut être de suivre mieux les exposés sur le sujet ou de l'utiliser dans vos propres recherches.
  • Le 7 mars 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Cordian Riener
    Positivity, sums of square and symmetry
    résumé
  • Le 4 avril 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Diomba Sambou
    Résonances de l'operateur de Pauli avec champ magnetique non constant
    résumé
  • Le 18 avril 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Vincent Pit
    Le chat d'Arnold
    Je présenterai un exemple très classique de système dynamique hyperbolique qui a l'avantage de pouvoir être étudié par des outils complètement élémentaires. J'expliquerai en quoi il est chaotique et comment les arguments développés dans son étude se généralisent à une classe beaucoup plus large de transformations.
  • Le 24 mai 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Clément Dubuisson
    Théorème spectral en dimension infinie. Où les algébristes rêvent d'infini, les analystes le vivent (parfois).
    résumé
  • Le 20 juin 2012 à 13:00
  • Salle 2
    Romain Yildizoglu
    Modèles pour la Texture et l'Image
    La texture dans une image, bien que sa définition même puisse être différente selon les personnes, peut être prise en compte lors de nombreuses opérations classiques en traitement de l'image : segmentation, classification, analyse, synthèse, débruitage, déconvolution... Je présenterai les grandes lignes de certains modèles pour la texture et l'image, ce qui permettra d'aborder un certain nombre d'idées générales utilisées en traitement du signal et de l'image : décomposition multi-échelles, étude non locale, parcimonie...Pour donner une idée de ce dont on parlera, il sera question entre autres de champs aléatoires de Markov, d'images gaussiennes, de transformée de Fourier, d'ondelettes, de pyramides, d'entropie, de fractales, d'espaces de Besov, de feuilles mortes, de patchs, de dictionnaires, d'arbres de lignes de niveaux, de syntaxe, de scattering...
  • Le 6 février 2013 à 17:00
  • Salle 2
    Youssef Sbai
    [Séminaire des doctorants en analyse] Fonction de décalage spectral
    résumé
  • Le 20 février 2013 à 17:00
  • Salle 2
    Clément Dubuisson
    Analyse complexe pour opérateurs de Schrödinger et de Dirac.
    résumé
  • Le 27 février 2013 à 17:00
  • Salle 2
    Fanilo Randriamahaleo
    Opérateurs de Toeplitz tronqués
    Dans cet exposé, je parlerai de divers résultats obtenus, en général sans démonstration, dans la théorie des opérateurs de Toeplitz tronqués et des différentes questions ouvertes liées à ces résultats.
  • Le 6 mars 2013 à 17:00
  • Salle 2
    Clément Dubuisson
    Analyse spectrale pour opérateurs de Schrödinger et de Dirac
    résumé
  • Le 3 avril 2013 à 17:00
  • Salle 2
    Diomba Sambou [SAT]
    Sur le spectre discret des opérateurs de Schrödinger magnétiques en dimensions paires
    On établira sur le spectre discret d'opérateurs de Schrödinger des inégalités de type Lieb-Thirring qui donneront comme corollaires, immédiats a priori, des informations sur la manière dont son distribuées les valeurs propres près des niveaux de Landau.
  • Le 17 avril 2013 à 17:00
  • Salle 2
    [SAT] Diomba Sambou
    Bornes quantitatives sur le spectre discret des opérateurs de Schrödinger magnétiques en dimensions impaires.
    On établira sur le spectre discret d'opérateurs de Schrödinger des inégalités de type Lieb-Thirring qui donneront comme corollaires, immédiats a priori, des informations sur la manière dont sont distribuées les valeurs propres près des niveaux de Landau.
  • Le 15 mai 2013 à 17:00
  • Salle 2
    [SAT] Jocelyn Magniez
    Transformée de Riesz du Laplacien

  • Le 29 mai 2013 à 14:00
  • salle 286
    [SAT] Clément Hyvoz
    Opérateurs de Toeplitz Tronqués

  • Le 12 juin 2013 à 17:00
  • salle 286
    Jean-Baptiste Boyer [SAT]
    Théorème spectral pour les opérateurs quasi-compacts

  • Le 8 octobre 2013 à 13:30
  • Salle 2
    Louis Merlin (IMB)
    Codage du flot géodésique sur les surfaces hyperboliques.

  • Le 22 octobre 2013 à 13:30
  • Salle 2
    Philippe Fraysse (IMB)
    Titre à préciser.

  • Le 12 novembre 2013 à 13:30
  • Salle 2
    Etienne Baratchart (IMB)
    Modélisation de l'initiation et de la croissance métastatique.

  • Le 26 novembre 2013 à 13:30
  • Salle 2
    Maarten Derickx (IMB)
    Distances occuring in rigid frameworks.

  • Le 11 décembre 2013 à 13:30
  • Salle 2
    Nicolas Dupin (IMB)
    Titre à préciser.

  • Le 15 avril 2014 à 13:30
  • Salle 1
    Nikola Damjanovic (IMB)
    Picard Group and Neron-Severi Group
    These are two notions very important in topics of complex geometry, theory of classification surface and minimal model program. I will present theoretical construction of these notions and I will ilustrated that with several exemples.
  • Le 11 mars 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Fabien PIERRE
    Deux modèles dédiés à la colorisation d'image
    La colorisation d'image consiste en l'ajout d'information de couleur à une image en niveau de gris. Ceci permet par exemple de restaurer des documents anciens. La transformation d'une image couleur en une image en niveau de gris fait perdre beaucoup d'information. Cette information est ajoutée par exemple en fournissant une image de référence. Le résultat doit être suffisamment régulier pour être visuellement acceptable. L'exposé que j'aurai l'honneur de vous présenter mercredi décrira une méthode efficace pour résoudre ce problème de régularité.
  • Le 25 mars 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Bruno Winckler
    Intersection arithmétique
    Une préoccupation centrale des arithméticiens est la résolution d'équations polynomiales, avec la restriction que les solutions soient entières, ou au moins rationnelles. Actuellement, une idée directrice est de voir l'ensemble des solutions d'une telle équation comme une courbe, et d'utiliser des méthodes géométriques pour déterminer les solutions : par exemple, un seul point à coordonnées rationnelles sur un cercle permet d'obtenir tous les autres en considérant les points d'intersection de ce cercle avec les droites passant par notre point de base.À l'inverse, l'algèbre enrichit la géométrie et permet d'étudier des surfaces dans un sens plus large que celui communément admis ; par exemple, une courbe définie par une équation polynomiale à coefficients entiers est, sous de bonnes hypothèses, apparentée à une 'surface arithmétique', et mon exposé expliquera comment, en développant une théorie de l'intersection sur ces surfaces d'un nouveau genre, on peut obtenir des informations sur la taille de ses points à coefficients entiers.
  • Le 15 avril 2015 à 15:30
  • Salle 1
    Olga Balkanova
    Le quatrième moment des fonctions $L$ automorphes de niveau $\rho^{nu}$
    Le résultat principal de cet exposé est une formule asymptotique pour le quatrième moment des fonctions $L$ automorphes de niveau $\rho^{nu}$, où $\rho$ est un nombre premier et $u \rightarrow \infty$. Il prolonge le travail de Rouymi, qui a calculé les trois premiers moments de niveau $\rho^nu$, et il généralise les résultats obtenus en niveau premier par Duke, Friedlander & Iwaniec et Kowalski, Michel & Vanderkam.
  • Le 6 mai 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Raeli Alice
    Modélisation numérique pour les matériaux à changement de phase

  • Le 20 mai 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Luliana Ciocanea Teodorescu
    Quelques mots à propos d'algorithmes, d'anneaux, et comment on les combine

  • Le 10 juin 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Jonathan Harter
    Calcul stochastique, mouvement Brownien et temps locaux

  • Le 24 juin 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Camille Sutour

  • Le 13 octobre 2015 à 14:00
  • Salle 1
    Alice Le Brigant
    Distance entre chemins dans une variété différentielle
    De nombreuses applications nécessitent l'étude et la comparaison de trajectoires, qui tracent des chemins dans des espaces plats ou non selon l'application. Nous allons donc munir l'espace de ces chemins d'une métrique afin de pouvoir faire y des statistiques très basiques : calculer par exemple une moyenne ou une médiane de plusieurs chemins. Nous y parviendrons en munissant l'espace de chemins d'une structure Riemannienne, c'est-à-dire en le linéarisant localement autour de chaque chemin, afin de se ramener à des calculs dans un espace vectoriel.
  • Le 21 octobre 2015 à 13:30
  • Salle 1
    Marie du Roy de Chaumaray
    Grandes déviations pour tous
    'Improbable events permit themselves the luxury of occuring' (Chan 1928)La théorie des grandes déviations permet de quantifier ces petits luxes.Dans cet exposé, j'introduirai les principes de base de la théorie des grandes déviations, qui s'intéresse aux événements rares et plus particulièrement à leur vitesse de convergence vers 0.On dit qu 'une famille de variables aléatoires satisfait un principe de grandes déviations si la probabilité qu'elles s'écartent de leur valeur moyenne décroit exponentiellement, quand la taille de la famille augmente, en un sens que l'on précisera. Ces résultats viennent donc compléter les grands théorèmes ergodiques (loi des grands nombres, théorème de la limite centrale).Je présenterai quelques exemples historiques et conclurai en donnant quelques idées de ce que j'ai étudié au cours de ma thèse : des grandes déviations pour l'estimateur du maximum de vraisemblance des paramètres du processus CIR.
  • Le 17 novembre 2015 à 14:30
  • Salle 1
    Gabriele Spini
    Communication sécurisée sur canaux parallèles
    Dans le modèle de communication sécurisée sur canaux parallèles, introduit par Dolev et al., deux parties Alice et Bob partagent des canaux parallèles, capables de transporter des données (que l'on imagine être des élément d'un corps fini) d'un but à l'autre, et dans les deux directions. Un 'adversaire' Eve contrôle certains de ces canaux, c'est-à-dire elle peut lire tout ce qui est transmis sur ces canaux et y insérer des erreurs. La communication d'un message secret (que l'on imagine toujours être un élément d'un corps fini) choisi par Alice est sécurisée si Bob peut toujours correctement reconstruire le message quelles que soient les erreurs introduites par Eve, qui quant à elle ne doit avoir aucune information sur le secret.On propose un procédé dont les paramètres d?efficacité sont améliorés par rapport aux travaux précédents sur le sujet, et que nous croyons être plus simple et intuitif.
  • Le 24 novembre 2015 à 14:30
  • Salle 1
    Duong Truong
    Introduction to translation surfaces
    In this talk, I will introduce translation surface $S$, there is an action of $SL(2,R)$ on the set of all translation surfaces in fixed genus. The stabilizer of $S$ is called Veech group and denoted by $\Gamma_S$. Veech groups are well-known to be discrete and not co-compact. They are either trivial, or finitely generated (both lattice and non-lattice), or infinitely generated. The dynamic of straight line flows on $S$ is very interesting and related to geometric properties of $\Gamma_S$. The talk contains many concrete examples. I will try to explain things via pictures. No background is assumed.
  • Le 1er décembre 2015 à 14:30
  • Salle 1
    Thomas Michel
    Développement d'un modèle pour la croissance de sphéroïdes tumoraux.
    Les sphéroïdes tumoraux, cultures de cellules tumorales en 3D, permettent de reproduire de manière plus réaliste le comportement des tumeurs solides que les cultures de cellules en 2D. Ils sont utilisés afin d'avoir une meilleure compréhension du comportement des cellules tumorales et de tester de nouveaux médicaments. A un stade avancé de leur croissance, lorsqu'ils ont atteint une taille importante, les sphéroïdes présentent en leur centre une zone dans laquelle les cellules sont dans un état quiescent (c'est-à-dire ne proliférant plus). Nous cherchons à développer un modèle décrivant l'influence de la quantité de nutriments sur la prolifération des cellules et sur la croissance du sphéroïde. Pour cela nous bénéficions de données indiquant l'état proliférant/quiescent de chaque cellule d'un sphéroïde.Dans cet exposé, je vais tout d'abord présenter le modèle d'équations aux dérivées partielles que nous utilisons, puis j'expliquerai la méthode employée pour estimer les différents paramètres du modèle à l'aide des données disponibles. Enfin je présenterai des résultats de simulations.
  • Le 16 décembre 2015 à 13:30
  • Salle 1
    José Ibrahim Villanueva Gutiérrez
    Le groupe des classes logarithmiques
    Etant donné un corps de nombres, i.e. une extension finie des nombres rationnels, on peut lui associer des invariants comme par exemple son anneau d'entiers, son sous-groupe d'unités ou son groupe des classes. Ceux-ci nous donnent des informations arithmétiques précieuses. Je commencerai l'exposé par une introduction présentant cette situation.L'étude des invariants a contribué au développement, puis à la création, de diverses techniques. Parmi elles, la théorie l-adique des corps de classes, dont je parlerai lors de la deuxième partie de l'exposé, fournit le contexte dans lequel on définit de nouveaux invariants : les invariants logarithmiques.Enfin j'expliquerai comment la théorie d'Iwasawa s'applique à l'étude des groupes des classes logarithmiques.
  • Le 25 avril 2016 à 15:00
  • Salle 385
    Thomas Lambert
    Partitionnement de carré pour le calcul parallèle du produit de matrices.
    Le problème de partition de matrices en un ensemble de sous-matrices a connu un certain intérêt ces dernières années. C'est en effet une opération cruciale lorsqu'on s'intéresse aux opérations d'algèbre linéaires sur des plate-formes hétérogènes. Considérons par exemple le produit de matrices non-creuses basés sur l'algorithme de Canon. Pour simplifier restreignons-nous aux multiplications $C=AB$ de deux matrices carrés $A$ et $B$ de taille $n \times n$. Supposons de plus que ces matrices sont décomposées en blocs, la taille de ces derniers étant choisie afin de s'adapter à toutes les ressources disponibles (typiquement CPUs et GPUs). Alors, à l'étape $k$ de l'algorithme, le produit diatique (outer-product) de la $k$-ième colonne de blocs de $A$ et de la $k$-ième ligne de blocs de $B$ est calculé. Suppposons que le processeur P possède un ensemble de $s$ blocs à calculer dont les projections sur les différents axes ont une taille respectives de $h$ et $w$. Alors le volume de calcul que P doit effectuer est proportionnel à $s$ et le volume de communication que P reçoit est proportionnel à $h+w$. Pour équilibrer la charge de calcul, chaque processeur doit recevoir un nombre de blocs proportionnel à sa vitesse de calcul relative. Par ailleurs, le volume total de communication est proportionnel à la somme des projections des aires possédées par les différents processeurs sur les axes. Donc, pour minimiser le temps de calcul et la charge totale de communication, le problème d'optimisation peut se ramener à la partition d'un carré en un ensemble de zones d'aires prédéfinies (pour l'équilibrage des charges de calcul) telles que la somme de leurs projections sur les axes est minimisée (pour réduire autant que possible les communications).
  • Le 18 mai 2016 à 14:00
  • Salle 1
    Francesco De Anna
    Sur la dynamique de quelques fluides complexes
    Le but de l’exposé est de présenter quelques modèles pour analyser l'hydrodynamique de certains fluides complexes. On s'interesse surtout à la dynamique de cristaux liquides, qui sont des matériaux avec un état de la matière entre un fluide classique et un solide cristallisé. On présentera le système introduit par Ericksen et Leslie, en considérant le champ de directeur pour l'orientation des molécules. Enfin, on s'intéressera au système de Beris et Edwards et au système de Qian-Sheng, liés au concept du tenseur d'ordre de de Gennes.
  • Le 1er juin 2016 à 14:00
  • Salle 1
    Roberto Gualdi
    An invitation to tropical geometry
    Tropical geometry is a recent and rapidly growing field of mathematics. It can beconsidered as a version of algebraic geometry where algebraic objects are replaced bypolyhedral and piecewise affine counterparts, i.e. as algebraic geometry over the tropicalsemifield. Despite of this elementary approach, the subject has proved to play a non-emptyrole in algebraic geometry. Tropical geometry can in fact be approached from other sides,revealing connection with valuation theory and furnishing tools for the study of algebraicvarieties over non-archimedean fields.In this expository talk, I will define the very basic objects of tropical geometry and explorethe connections with the theory of valuations, focusing on examples. If time permits, I willpresent a well-known result by Payne, expliciting the role played by tropical geometry inthe contest of non-archimedean geometry in the sense of Berkovich.
  • Le 15 juin 2016 à 14:00
  • Salle 1
    Daniele Casazza
    Courbes elliptiques : de zéro en héros !
    Considérons une courbe elliptique, c.-à-d. une équation de la forme $y^2=x^3+ax+b$, non singulière. Les courbes elliptiques ont été étudiées depuis très longtemps en analyse et en géométrie. La théorie des nombres a énormément progressé grâce à ce sujet, ainsi que l'étude de la conjecture de Birch et Swinnerton-Dyer (BSD), formulée dans les années 60, dont la démonstration constitue l'un des problèmes du millénaire. Malgré les progrès faits, la conjecture est toujours loin d’être résolue. Pour cette raison, les mathématiciens ont récemment énormément développé l'analyse p-adique en relation à la solution de cette conjecture. Dans l'esprit des séminaires Lambda et la direction qu'ils vont prendre par la suite, j'essaierai de décrire la situation générale de la manière la plus complète et divulgatrice possible. Je compte parler tout d'abord de la théorie de base des courbes elliptiques, puis introduire la conjecture, ses motivations et conséquences, et enfin, je me propose de donner un esquisse de mon travail en rapport avec la conjecture BSD.
  • Le 13 février 2017 à 14:00
  • Salle 385
    Manon Deville
    A continuum mechanics model of enzyme-based tissue degradation in cancer therapies
    We propose a mathematical model to describe enzyme-based tissue degradation in cancer therapies. The proposed model combines the poroelastic theory of mixtures with the transport of enzymes or drugs in the extracellular space. The effect of the matrix degrading enzymes on both the tissue’s composition and its mechanical response is included in the model. Numerical simulations in 1D, 2D and axisymmetric (3D) configurations show how an injection of matrix degrading enzymes alters the porosity of a biological tissue. We eventually exhibit the main consequences of a matrix degrading enzyme pretreatment in the framework of chemotherapy: the removal of the diffusive hindrance to the penetration of therapeutic molecules in tumors and the reduction of interstitial fluid pressure which improves transcapillary transport. Both effects are consistent with previous biological data.
  • Le 24 mars 2017 à 16:00
  • Salle 1
    Edu Soto
    Weil-Deligne representation
    The techniques used by Wiles to prove Fermat Last Theorem require a subtle study of $\ell$-adic representations of global Galois groups. Although they are not completely understood, they have a much more comprehensive local version when $\ell$ is different from $p$ (luckily for Fermat).Let $\rho:Gal (\bar{\mathbb Q}\mid \mathbb Q)\rightarrow GL_n(\mathbb Q_\ell)$ be a morphism of groups, for primes $p$ different from $\ell$. Some results of Grothendieck allow as to attach to $\rho$ a finite amount of data: 'Weil-Deligne representations' that identify uniquely $\rho$. In the first half of the talk we will introduce the elementary concepts apearing: p-adic numbers, Galois groups, their topologies and we will explain briefly its relation with Fermat Last Theorem. Later we will build Weil-Deligne representations.
  • Le 30 mars 2017 à 16:00
  • Salle 1
    Philippe Moustrou
    À propos des ensembles évitant la distance 1
    Combien de couleurs au minimum faut-il pour colorer le plan de telle sorte que deux points à distance Euclidienne 1 ne soient pas de la même couleur ? Quelle est la plus grande densité d'un ensemble ne contenant pas deux points à distance 1 l'un de l'autre ? Le but de l'exposé est de présenter les résultats connus à propos de ces problèmes, ainsi qu'à certaines de leurs variantes, par exemple lorsque l'on considère des normes dont la boule unité est un polytope pavant l'espace par translation.Plus qu'un exposé de recherche, il s'agit d'un prétexte pour introduire plusieurs notions diverses et plus ou moins élémentaires, comme par exemple les colorations de graphe, les réseaux Euclidiens et les empilements de sphères, ou encore les normes polytopes.
  • Le 26 octobre 2017 à 17:00
  • Salle 2
    Jialun Li
    Disque de Poincaré et groupes de Schottky
    Je vais parler des groupes fondamentaux d'une surface non compacte. J'essaierai d'expliquer comment les structures géométriques de ce type de groupe peuvent déterminer ses structures algébriques.
  • Le 23 novembre 2017 à 17:00
  • Salle 2
    Sami Capderou
    Estimation récursive non paramétrique de la dérivée d'une fonction de régression avec applications en valvométrie
    Cet exposé est consacré à l'estimation non paramétrique de la dérivée d'une fonction de régression. On propose une procédure statistique efficace basée sur la dérivée de la version récursive de l'estimateur de Nadaraya-Watson. On montre la convergence presque sûre ainsi que la normalité asymptotique de notre estimateur. Ces résultats théoriques sont utilisés sur des données réelles afin de surveiller la qualité des eaux côtières.
  • Le 7 décembre 2017 à 17:00
  • Salle 2
    Krisztian Benyo
    Interaction vague-structure pour des modèles d'ondes longues en présence d'un objet en translation au fond
    Dans cet exposé, nous présentons de nouveaux résultats concernant un problème d'interaction fluide-structure. Nous considérons le problème de Cauchy pour l'équation des vagues dans le cas où le domaine occupé par le fluide est à surface libre et avec un fond plat sur lequel un objet solide se translate horizontalement sous l'effet de la force de pression du fluide. Nous examinons deux systèmes asymptotiques décrivant le cas d’un fluide parfait incompressible en faible profondeur correspondant aux équations de Saint-Venant et de Boussinesq. Nous décrivons le système couplé dans ces deux régimes asymptotiques afin d'établir des résultats d'existence et d'unicité pour des données régulières (au sens de Sobolev).
  • Le 24 janvier 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Sergio Corridore
    Electroporation modeling in multi-electrode system for impedance measurement
    Je vais vous présenter une partie de mon travail effectué dans le cadre de ma thèse. Je travaille sur la création d'un modèle mathématique dans le domaine de l'électrochimiothérapie. Cette technique s'applique dans le traitement de certains types de tumeurs en utilisant des décharges électriques. Le modèle associé est basé sur des données qui proviennent d'une expérience effectuée par une équipe de l'Inria à Paris, afin d'analyser le problème de l'électroporation et pour comprendre les caractéristiques que le modèle doit avoir.
  • Le 13 février 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Nikola Damjanovic
    Inégalités d'Arakelov et courbes de Teichmüller

  • Le 28 février 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Edoardo Bocchi
    Floating structures in shallow water : local wellposed-ness in the axisymmetric case.
    The floating structure problem describes the interaction between surface water waves and a floating body, generally a boat or a wave energy converter. As shown by Lannes in [1] the equations for the fluid motion can be reduced to a set of two evolution equations on the surface elevation and the horizontal discharge. The presence of the object is accounted for by a constraint on the discharge under the object; the pressure exerted by the fluid on this object is then the Lagrange multiplier associated with this constraint. Our goal is to prove the well-posedness of this fluid-structure interaction problem in the shallow water approximation under the assumption that the flow is axisymmetric without swirl. We write the fluid equations as a quasilinear hyperbolic mixed initial boundary value problem and the solid equation as a second order ODE coupled to the fluid equations. Finally we prove the local in time well-posedness for this coupled problem, provided some compatibility conditions on the initial data are satisfied. Reference:[1] D. LANNES, On the dynamics of floating structures, Ann. PDE, 3 (2017)
  • Le 15 mars 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Bianca Barucchieri
    Flat compact affine and Lorentzian manifolds
    In this talk we will be interested in flat compact affine manifolds. These manifolds were first studied in the Euclidean case by Bieberbach in 1911 as an answer to one of Hilbert's problems about crystallographic groups. We will see how this can be put in the more general setting of flat compact affine manifolds. We will then look at the study that has been done for the Lorentzian case by Fried in dimension 4 and by Grunewald an Margulis in all dimensions. At the end we will see how we can achieve some results in the Hermite-Lorentz case following the methods used for the Lorentzian case.
  • Le 12 avril 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Paul Geniet
    Autour d'un opérateur de Schrödinger Magnétique

  • Le 26 avril 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Apidopoulos Vassilis
    Inertial Forward-Backward algorithms and acceleration effects
    In this talk we are interested in several type of algorithms for solving non-smooth, convex minimization problems. We will also investigate how different type of inertial effects can accelerate the convergence. Furthermore we will see how these algorithms are related to dynamical systems, such as the Gradient Flow or the Inertial Gradient System with damping and show that they have similar convergence properties.
  • Le 3 mai 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Paul Melotti (UPMC)
    Des récurrences spatiales aux formes limites
    Les formules de récurrences sont assez bien comprises en dimension 1, mais que peut-on dire des récurrences dans Z^d ? Dans certains cas très particuliers, elles font apparaître polynômes de Laurent en les conditions initiales (par exemple si l'on prend des récurrences issues des relations de Plucker, qui sont les relations génériques entre les mineurs d'une matrice, ou bien des formules issues de la physique liées à la transformation 'triangle-étoile'). Cette propriété inattendue suggère une interprétation combinatoire des solutions. On verra trois cas où ces interprétations sont connues : la récurrence de l'octaèdre, la récurrence du cube, et la récurrence de l'hexaèdre. On prendra ensuite un point de vue probabiliste et on verra comment en déduire des phénomènes de formes limites, qui sont des courbes algébriques apparaissant naturellement dans des grands systèmes aléatoires.
  • Le 25 mai 2018 à 16:30
  • Salle 2
    Francesco Battistoni (UniMi)
    Classification of number fields via discriminants
    The discriminant dK of a number field K is an integer which detects the rational prime numbers ramifying in K. A classical result by Hermite implies that for every M > 0 there are only finitely many number fields K with |dK| ≤ M. This started an attempt to classify all number fields which have discriminant less than a given bound.Meanwhile, it is well known, thanks to Minkowski, that, for every number field K of degree n, the minimal admissible value for |dK| increases with respect to n, and more precise lower bounds occur when one considers fields with a fixed number of real embeddings in C.In this seminar we will give a survey of the study of number fields via their discriminants, focusing on the analytic estimates for the lower bounds of |dK| produced by Odlyzko, Poitou and Serre and on the geometric-algorithmic methods by Hunter, Pohst and Martinet for the classification of fields with discriminant bounded from above. It will be shown how the combination of these methods allowed to get tables of number fields up to isomorphism.
  • Le 7 juin 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Marco Bravin
    On uniqueness for weak solutions of parabolic PDE. The 2D viscous fluid-structure interaction problem.
    In this talk I will present some ideas that lead to prove weak uniqueness for a parabolic PDE. The goal is to understand how to apply this technique to the 2D viscous fluid-structure interaction problem.
  • Le 28 juin 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Adrien Laurent (Université de Genève)
    Un nouveau type de B-series pour l'étude numérique en temps long de l'équation de Langevin overdamped

  • Le 5 octobre 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Alexandre Bailleul
    Autour du théorème des nombres premiers
    Dans cet exposé, on s'intéressera à l'histoire du théorème des nombres premiers, résultat historique de la théorie analytique des nombres. On expliquera quels ont été les apports des grands acteurs de cette histoire, d'Euclide à Hadamard et de la Vallée-Poussin, et on tentera d'expliquer en quoi les zéros de la fonction zêta de Riemann permettent de comprendre la répartition des nombres premiers (la fameuse hypothèse de Riemann, dont on a beaucoup entendu parler récemment, sera donc mentionnée). Enfin en dernière partie d'exposé, on explorera quelques autres pistes pour étudier d'autres 'théorèmes des nombres premiers'.
  • Le 26 octobre 2018 à 16:00
  • Salle 2
    Valentin De Bortoli
    Redundancy in Gaussian random fields with applications to image processing
    In this talk we present a notion of spatial redundancy in random fields (continuous or discrete) defined as the output of some similarity function computed over local windows. We give the asymptotic probability distribution function of such similarity measurements. However asymptotic approximations are valid only for large enough windows. This limitation leads us to consider non-asymptotic approximations. Using the cumulative distribution function of such similarity measurements we introduce a statistical hypothesis framework (an a contrario model) to assert spatial redundancy in natural images. We present applications of this framework in denoising, periodicity detection and texture ranking.
  • Le 22 novembre 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Yanis Mabed
    Endomorphismes de Variétés Projectives

  • Le 23 novembre 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Pierre Perrault
    Stochastic multi-arm bandit problem and some extension

  • Le 30 novembre 2018 à 17:00
  • Salle 2
    Paul Alphonse (IRMAR)
    Controlabilité à zéro des équations d’Ornstein-Uhlenbeck fractionnaires
    On s’intéressera à l’étude de la contrôlabilité à zéro des équations d’Ornstein-Uhlenbeck fractionnaires posées sur tout l’espace. Plus précisément, soit $P$ un opérateur d’Ornstein-Uhlenbeck fractionnaire défini par$P = (1/2)Tr^s(-Q abla^2_x) + $muni du domaine$D(P) = {u \in L^2(R^n) : Pu \in L^2(R^n)}$,où $B$ et $Q$ sont deux matrices réelles avec $Q$ symétrique positive (non nécessairement inversible), $B$ et $Q$ vérifiant une condition algébrique appelée condition de Kalman. Soit également omega un sous-ensemble mesurable de $R^n$. On cherchera des conditions suffisantes sur omega (le sous-ensemble de contrôle) de telles sortes que pour tout temps $T>0$ et toute condition initiale $f_0$ de $L^2(R^n)$, on peut trouver un contrôle u tel que la solution semi-groupe de l’équation$\partial_tf(t,x) + Pf(t,x) = u(t,x)1_{omega}(x), t > 0, x in R^n, f(0) = f_0$,satisfait $f(T) = 0.$
  • Le 24 janvier 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Stefano Buccheri
    Gradient estimates for nonlinear elliptic equations with first order terms
    In this talk we propose some existence and regularity esults of distributional solutions to elliptic equations with first order term in divergence form. The main tools are pointwise estimates of the rearrangements of both the solution and its gradient. The same technique is used to study elliptic equations with drift first order term.
  • Le 14 février 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Thomas Cometx
    Introduction aux transformées de Riesz
    La continuité $L^p$ de la transformée de Riesz $T = d \Delta^{-1/2}$ est un problème très étudié en analyse harmonique. Elle est liée par exemple au calcul fonctionnel holomorphe ou à à l'étude de la régularité de l'équation de la chaleur. Dans l'espace euclidien, les résultats sont connus, mais dans le cadre des variétés Riemanniennes, les résultats sont plus difficiles à obtenir. Après avoir présenté le cadre et quelques outils d'analyse harmonique, on présentera des résultats connus, et enfin des pistes pour les améliorer.
  • Le 7 mars 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Gaël Guillot
    Méthodes d'agrégation et désagrégation de programmes linéaires en nombres entiers: application de la méthode SSDP sur le sac à dos temporel.
    La programmation linéaire est aujourd’hui un problème facile en théorie (ellipsoïde, points intérieurs) et pratique (simplex, points intérieurs).Lorsqu’on restreint les variables à ne prendre que des valeurs entières (PLNE), le problème devient NP-difficile dans le cas général.Dans de larges domaines d'application de l'optimisation combinatoire (transports, planification, découpe, ordonnancement...), la structure du problème repose sur la consommation/production de ressources limitées comme le temps ou des matières premières, rendant possible la modélisation via le paradigme de programmation dynamique. La formulation de grande qualité obtenue se fait souvent au prix d’un très grand nombre d'états des sous-système, qui est généralement exponentiel en fonction du nombre de ressources, et pseudo-polynomial en la consommation de ces ressources, ce qui interdit l'utilisation directe de ces reformulations en pratique, même lorsque ces problèmes sont théoriquement faciles. Cela amène à concevoir des techniques de résolution gérant dynamiquement la taille des modèles obtenus. Il existe plusieurs méthodes pour résoudre ces programmes dynamiques de grande taille : nous nous intéressons à une de ces méthodes, SSDP, proposée par T.Ibaraki en 1987, qui sera appliquée au problème de sac à dos temporel.
  • Le 21 mars 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Felipe Negreira
    Théorèmes d'échantillonnage sûr courbes, sphères et bien d'autres choses
    En gros, un théorème d'échantillonnage traite du problème de lareconstruction (ou de l'estimation) d'une fonction à partir d'unéchantillon donné. Dans cet exposé, on montrera quelques résultatslorsque ces échantillons sont prises tout au long de certains typesd'ensembles tels que des courbes, des sphères et, plus généralement, desespaces de type homogène. On présentera les techniques correspondantesassociées à chaque cas et on tentera également de comprendre leur liensous-jacent.
  • Le 11 avril 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Baptiste Huguet
    Monotonic-friendly potential on Lie groups
    We study semi-group $\mathbf{P}_t$ with generator $\frac{1}{2}\Delta + ∇V.∇$ on Riemannian manifold, acting on smooth functions. We are looking for conditions on the potential $V$ so that the semi-group preserves the monotonicity of functions. If the question is kind of natural in the Euclidean case, the concept of monotonicity has to be discussed in manifolds. I will present the results in $\mathbb{R}^n$ and in a class of very sweet manifolds : Lie groups. This will be an excuse to introduce some probabilistic (diffusion, stochastic equation...) and geometric (connection, parallel translation) tools in a cosy way.
  • Le 18 avril 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Sajjad Edalatzadeh
    Infinite-dimensional dynamical systems
    Dynamic behavior of many physical systems is described by mathematical models with distributed parameters. This requires treatment in infinite-dimensional spaces. In this talk, a short history as well as some examples of infinite-dimensional dynamical systems will be presented.
  • Le 10 mai 2019 à 16:00
  • Salle 2
    Marcu-Antone Orsoni
    Espace des accessibles de l'équation de la chaleur et espaces de fonctions holomorphes
    Dans cet exposé, je chercherai à décrire l'espace des accessibles de l'équation de la chaleur en une dimension avec contrôle au bord. Après un petit historique des travaux sur le sujet, je montrerai comment les techniques d'analyse harmonique, complexe et hilbertienne permettent d'obtenir des résultats jolis et presque optimaux à ce problème.
  • Le 29 mai 2019 à 17:00
  • Salle 385
    Carlos Cruz
    Fekete points. An example of sampling and interpolation.
    Fekete points have been widely studied. My goal is to show that they are a set of points that can be interpolating or sampling (with multiplicity 1) if we disturb them slightly.
  • Le 13 juin 2019 à 17:00
  • Salle 385
    Lara Abi Rizk
    Travelling wave solutions for a non-local\nevolutionary-epidemic system
    In this talk we study the existence of a travelling wave solutions for aspatially distributed system of equations modelling the evolutionary epidemiology ofplant-pathogen interaction, we prove that the wave solutions connects two determinedstationary states and have a rather simple structure, provided some parameters condi-tion expressed using the principle eigenvalue of some integral operator.An important contribution of this work is to overcome a difficulty on the lack of pos-itivity due to the sign-changing of the higher eigenvectors. This analysis allows us toreduce the infinite dimensional travelling wave profile system of equations to a 4-dimODE system .
  • Le 20 juin 2019 à 17:00
  • Salle 385
    Gaston Vergara
    Approach to the equilibrium of a model of rigid structure floating in a viscous fluid.
    In this talk we will study the explicit solutions and the asymptotic behavior of a problem of return to equilibrium in a model of rigid structures floating in a viscous fluid. To present our results, we will briefly study the main asymptotic properties of Mitagg-Leffler functions in two parameters and some new results on dual properties of real Hurwitz-type polynomials. Finally, we will present numerical simulations of the asymptotic results obtained.
  • Le 27 juin 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Corentin Darreye
    La loi Gaussienne en théorie des nombres
    Dans cette exposé, j’expliquerai pourquoi les questions d’équirépartition sont assez naturelles en théorie des nombres. Après avoir présenté quelques résultats majeurs de ces cinquante dernières années sur le sujet, je donnerai un aperçu de comment d’un point de vu probabiliste la loi Gaussienne apparaît naturellement chez certaines quantités arithmétiques.
  • Le 27 septembre 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Sasha Gasanova
    Мonomial ideals with arbitrary high tiny powers
    Let I be a monomial ideal in K[x1,...,xn] and let G(I) denote its (unique) minimal monomial generating set. How small can |G(I^k)| be in terms of |G(I)|?We expect that the inequality |G(I^2)|>|G(I)| should hold and that |G(I^k)|, k>1, grows further whenever I is not principal. In my talk I will disprove this expectation and show that for any n and m there is a -primary monomial ideal I in K[x1,...,xn] such that |G(I)|>|G(I^2)|,|G(I)|>|G(I^3)|,...,|G(I)|>|G(I^m)|.
  • Le 17 octobre 2019 à 17:00
  • Salle 2
    Jean Kieffer
    Compter les points d'une courbe sur un corps fini
    Lorsque C est une courbe algébrique définie sur un corps fini k, le nombre de k-points de C est fini, et on peut donc demander de calculer ce nombre explicitement. Un résultat important, dû à Schoof pour les courbes elliptiques et Pila dans le cas général, est qu'il existe un algorithme de comptage en temps polynomial. Dans mon exposé, je présenterai cet algorithme et des pistes pour l'accélérer.

    Les séminaires passés