IMB > Informations générales > Agendas

Tous les événements à venir

N’afficher que les événements de cette semaine

le mardi 25/10//2016 à 14h en salle 2,

GT Physique-mathématique : Rafik Imekraz,

Titre Preuve semi-classique de l’inégalité de Bernstein sur une variété compacte

Résumé L’inégalité de Bernstein (1926) est une inégalité classique en analyse harmonique qui permet de contrôler la dérivée d’un polynôme trigonométrique.

Si on interprète les fonctions exp(inx) comme les fonctions propres du Laplacien sur le tore, alors il est naturel de généraliser l’inégalité de Bernstein sur une variété riemannienne compacte. Pourtant, ce n’est que très récemment (2010) que cette inégalité a été obtenue pour les variétés compactes par Filbir-Mhaskar. Mentionnons que des versions locales (plus difficiles mais qui ne portent que sur une seule fonction propre) ont par exemple été précédemment obtenues par Donnelly-Fefferman (1990).

Dans un premier temps, on énoncera l’inégalité de Bernstein (sur le tore puis sur une variété compacte) ainsi que le résultat de Filbir-Mhaskar qui fait intervenir le noyau de la chaleur.

Dans un second temps, on expliquera comment l’on peut retrouver l’inégalité de Bernstein comme conséquence (presque immédiate) du calcul fonctionnel semi-classique. Précisons que cela ne permet pas de retrouver les résultats locaux de Donnelly-Fefferman mais que cette approche présente les deux avantages suivants 1) adaptabilité à d’autres cas (oscillateurs harmoniques), 2) aucune estimée technique du noyau de la chaleur n’est requis

  • Le 27 février 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Nicolas Raymond (Université de Rennes 1)
    Survol semi-classique du laplacien magnétique
    Cet exposé survolera de récentes avancées relatives à la description du spectre discret du laplacien magnétique, dans la limite semi-classique. Il atterrira avec la description de quelques résultats en dimension deux : les formes normales de Birkhoff, issues d’une collaboration avec S. Vu Ngoc, et les constructions BKW, obtenues l’an dernier avec Y. Bonthonneau.
  • Le 28 février 2018 à 17:00
  • Le séminaire des doctorants
    Salle 2
    Edoardo Bocchi
    Floating structures in shallow water : local wellposed-ness in the axisymmetric case.

  • Le 1er mars 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Pauline Tan (CMAP)
    ASAP : un algorithme de descentes proximales alternées par blocs pour l'optimisation non convexe
    Il existe un intérêt croissant pour l'optimisation non convexe par blocs, notamment depuis les schémas proposés par Xu et Yin et l'équipe de Bolte (et leur algorithme PALM) en 2013, et qui ont été suivis par de nombreux travaux. Ces schémas reposent sur des descentes de gradient proximal dans lesquelles l'opérateur proximal est défini par rapport aux termes de régularisation.Les travaux présentés ici traitent d'une classe très large de problèmes d'optimisation non convexes par blocs dans lesquels les régularisateurs (non convexes) sont différentiables sur le domaine de la fonction à optimiser. Nous proposons un algorithme simple qui alterne des descentes de gradient proximal dans lesquelles l'opérateur proximal est défini par rapport au terme de couplage (en pratique toujours 'proximable'), ce qui en fait un algorithme 'miroir' par rapport à PALM. Ce choix contribue en grande partie à la simplicité de l'algorithme qui permet l'utilisation de régularisateurs plus riches, adaptés aux applications considérées. Des variantes de notre algorithme (utilisation d'opérateurs proximaux généralisés ou accélération inertielle) seront également présentées.Deux applications de l'algorithme pour le traitement de données de grande taille issues de l'imagerie hyperspectrale infrarouge ont d'ores-et-déjà été développées et validées pour l'Onera, notre partenaire industriel, et une autre, en colorisation d'images, est en cours de développement.Il s'agit de travaux en collaboration avec Mila Nikolova (CNRS, CMLA, ENS Paris-Saclay)
  • Le 1er mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de l'équipe Dynamique des Populations
    Salle 385
    Christele Etchegaray (MIP Université de Toulouse)
    Modélisation stochastique et déterministe de la migration cellulaire

  • Le 1er mars 2018 à 14:00
  • Séminaire d'Analyse
    Salle de Conférences
    Éthienne Matheron (Lens)
    tba

  • Le 1er mars 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Juliette Venel
    Inclusions différentielles et applications
    Dans cet exposé, nous parlerons d'inclusions différentielles. De tels problèmes d'évolution apparaissent lorsque les variables d'état sont soumises à des contraintes et doivent rester dans un ensemble dit admissible. Nous présenterons quelques résultats théoriques concernant ces inclusions différentielles du premier et du second ordre en mettant en évidence les hypothèses géométriques de l'ensemble admissible. Enfin, nous appliquerons ces derniers à la modélisation des mouvements de foule d'une part et aux écoulements granulaires d'autre part.
  • Le 2 mars 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Camille Horbez, Orsay
    Automorphismes de groupes hyperboliques et croissance
    Soit G un groupe hyperbolique sans torsion, soit S une partie génératrice finie de G, et soit f un automorphisme de G. Nous cherchons à comprendre les taux de croissance possibles pour la longueur d'un élément g du groupe G (écrit comme un mot en les générateurs dans S) sous l'itération de f. Lorsque G est le groupe fondamental d'une surface orientable de type fini, ou un groupe libre, la croissance est comprise grâce aux travaux respectifs de Thurston et Bestvina-Handel. Nous nous intéressons au cas général, et montrons que chaque élément du groupe G a un taux de croissance exponentiel bien défini, et qu'il n'y a qu'un nombre fini de taux de croissance exponentiels possibles lorsque l'élément g parcourt G. Par ailleurs, nous montrons la dichotomie suivante : tout élément de G a une croissance qui est soit exponentielle, soit polynomiale, sous l'itération de f. Ceci est un travail en commun avec Rémi Coulon, Arnaud Hilion et Gilbert Levitt.
  • Le 2 mars 2018 à 11:00
  • Séminaire Optimisation Mathématique Modèle Aléatoire et Statistique
    Salle 385
    Benoît Henry, École des Mines de Nancy
    Grandes déviations pour l'étude de limites d'échelle de modèles déterministes de la dynamique adaptative
    Nous allons nous intéresser à une limite d'échelle d'une équation aux dérivées partielles modélisant la dynamique d'une population structurée par un trait quantitatif et sujette à mutations. Dans la limite d'échelle des petites mutations et du temps long, ce type d'équation donne lieu à des équations de Hamilton-Jacobi avec contraintes (Dieckmann et al, 2005).Dans ce travail, nous donnons une représentation de la solution de cette EDP comme l'espérance d'une fonctionnelle d'un processus stochastique (mouvement Brownien si l'opérateur de mutation est un Laplacien). La limite d'échelle peut alors être étudiée grâce à des estimées de grandes déviations, et nous obtenons ainsi une caractérisation variationnelle du problème de Hamilton-Jacobi limite. Dans certain cas simples, nous sommes alors en mesure de démontrer l'unicité de la solution du problème variationnel.
  • Le 2 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Théorie des Nombres
    Salle de Conférences
    Sary Drappeau (Aix-Marseille)
    Sommes de Kloosterman et zéros de Siegel
    Les zéros de Siegel sont des zéros sporadiques réels proches de $1$, hypothétiquement inexistants, de fonctions $L$ de Dirichlet. La question de l'inexistence de ces zéros semble échapper aux méthodes actuelles; d'un autre côté, si ces zéros existaient, alors un certain nombre de problèmes ouverts sur les nombres premiers deviendraient abordables. L'exposé portera sur un travail avec J. Maynard où l'on étudie les conséquences hypothétiques de l'existence de ces zéros, sur les sommes de Kloosterman aux modules premiers : $\sum_{p\leq x} \operatorname{Kl}(1, p)$.
  • Le 5 mars 2018 à 14:00
  • Soutenance de thèse
    Salle de Conférences
    Mahdi ACHACHE
    Sujet : 'Regularité maximale des équations d’évolution non-autonomes'. Directeur de thèse : El Maati Ouhabaz

  • Le 6 mars 2018 à 10:00
  • Séminaire de Théorie Algorithmique des Nombres
    Salle 385
    Takashi Fukuda (Nihon University)
    Class number calculation for special number fields
    I will talk about TC (an interpreter of multiprecision C language whichI developed), Weber’s problem, Coates’ conjecture and an algorithm ofcalculating p-class group of abelian number fields. I also present myproject trying to implement an algorithm mentioned above to PARI/GPduring my stay at IMB.
  • Le 6 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Cyril Imbert (DMA)

  • Le 8 mars 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Luca Calatroni (CMAP)

  • Le 8 mars 2018 à 13:00
  • Séminaire Optimisation Mathématique Modèle Aléatoire et Statistique
    Salle de Conférences
    Anna Bonnet, Université Claude Bernard
    Heritability estimation in high-dimensional sparse linear mixed models
    The heritability of a biological quantitative feature is defined as the proportion of its variation that can be explained by genetic factors.We propose an estimator for heritability in high dimensional sparse linear mixed models and we study its theoretical properties. We highlight the fact that in the case where the size N of the random effects is too large compared to the number n of observations, a precise estimation for heritability cannot be provided.Since in practice almost all datasets verify the condition N >= n, we perform a variable selection method to reduce the size of the random effects and to improve the accuracy of heritability estimations. However, as shown by our simulations, this kind of approach only works when the number of non-zero components in the random effects (i.e. the genetic variants which have an impact on the phenotypic variations) is small enough. In face of this limitation, we proceeded to define an empirical criterion to determine whether it is possible or not to apply a variable selection approach.As an example of its use, we applied our method to estimate the heritability of the volume of several regions of the human brain.
  • Le 8 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire d'Analyse
    Salle de Conférences
    Pas de séminaire

  • Le 9 mars 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Frédéric Leroux, Paris 6
    Titre à préciser

  • Le 9 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Théorie des Nombres
    Salle de Conférences
    Yonatan Harpaz (Paris 13)

  • Le 12 mars 2018 à 14:00
  • Groupe de Travail Analyse
    Salle de Conférences
    Eric Amar
    Estimations Lr pour les solutions d'EDP linéaires elliptiques dans une variété riemannienne complète.

  • Le 13 mars 2018 à 11:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Daniela Tonon (JLL)

  • Le 13 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Yoshiyuki Kagei (Kyushu University)
    Bifurcation of the compressible Taylor vortex
    The Couette-Taylor problem, a flow between two concentric rotating cylinders, has been widely studied as a good subject of the study of pattern formation and transition to turbulence. Consider the case where the inner cylinder is rotating with uniform speed and the outer one is at rest. If the rotating speed is sufficiently small, a laminar flow (Couette flow) is stable. When the rotating speed increases, beyond a certain value of the rotating speed, a vortex flow pattern (Taylor vortex) appears. For viscous incompressible fluids, the occurrence of the Taylor vortex was shown to solve a bifurcation problem for the incompressible Navier-Stokes equations. In this talk, this problem will be considered for viscous compressible fluids. The spectrum of the linearized operator around the Couette flow is investigated and the bifurcation of the compressible Taylor vortex is proved when the Mach number is sufficiently small. It is also proved that the compressible Taylor vortex converges to the incompressible one when the Mach number tends to zero. This talk is based on a joint work with Prof. Takaaki Nishida (Kyoto University) and Ms. Yuka Teramoto (Kyushu University).
  • Le 15 mars 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Antoine Godichon (Université de Rouen)

  • Le 15 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire d'Analyse
    Salle de Conférences
    Luz Roncal (BCAM, Bilbao)
    Tba

  • Le 15 mars 2018 à 15:30
  • Le Colloquium
    Salle de Conférences
    Paola Goatin

  • Le 16 mars 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Isao Nakai, Ochanomizu University, Tokyo
    Web geometry from the view point of rigidity and curvature
    A WEB structure is a configuration of excessive number of foliations. It is known that some web structures are topological rigid. I will introduce the various, old and new rigidity results and the curvature of webs, and discuss the role of the curvature in the rigidity phenomena. I will introduce also a hierarchical method for computing the web curvature.
  • Le 16 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Théorie des Nombres
    Salle de Conférences
    Pierre Charollois (IMJ, Paris 6)

  • Le 20 mars 2018 à 10:00
  • Séminaire de Théorie Algorithmique des Nombres
    Salle 385
    Tristan Vaccon (Université de Limoges)
    Sur les équations différentielles $p$-adiques à variables séparables
    Les trois dernières décennies ont vu le développement de méthodes etalgorithmes $p$-adiques, notamment :
    • la factorisation de polynômes rationnels par lemme de Hensel ;
    • les algorithmes de comptage de points de Kedlaya et Lauder, reposant surdes résultats avancés de géométrie arithmétique ;
    • le calcul d’isogénies entre courbes elliptiques.

    Dans toutes ces méthodes et algorithmes, on passe par des calculs surles nombres $p$-adiques, et le problème de la gestion de la précision yest crucial. Avec Xavier Caruso et David Roe, nous avons développé uneméthode, dite de précision différentielle, pour étudier et gérer laprécision $p$-adique.

    Dans cet exposé, nous nous intéresserons à l’application de cetteméthode pour l’étude du calcul d’isogénies entre courbes elliptiquesvia la résolution de certaines équations différentielles $p$-adiques àvariables séparables. Il s’agit d’un travail en commun avec PierreLairez de 2016 qui ne traite que du cas $p>2$. Nous présenterons aussidans cet exposé quelques avancées récentes lorsque $p=2$.


  • Le 20 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Yue-Jun Peng (Université de Clermont-Auvergne)
    Limite parabolique de systèmes hyperboliques quasi-linéaires du premier ordre
    On considère la limite de relaxation d'un système hyperbolique quasi-linéaire avec un terme de relaxation en multi-dimension. Lorsque le temps de relaxation tend vers zéro, le système hyperbolique dans une échelle de temps lent converge formellement vers un système parabolique. Sous des conditions de stabilité sur la structure du système, on présente la justification de cette limite localement en temps pour des données initiales régulières, et globalement en temps lorsque les données sont petites. Ces résultats s'appliquent à des systèmes issus de modèles physiques comme le modèle cinétique discret à 2 vitesses, le système d'Euler avec relaxation et le modèle M1 intervenant dans la théorie de transfert radiatif, etc.
  • Le 22 mars 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Clement Pellegrini (UPS Toulouse)

  • Le 23 mars 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Jean-Baptiste CAMPESATO (Aix-Marseille U.)
    Titre à préciser

  • Le 23 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Théorie des Nombres
    Salle de Conférences
    Daniele Turchetti (Caen)

  • Le 26 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire Optimisation Mathématique Modèle Aléatoire et Statistique
    Salle de Conférences
    Anaïs Rouanet, University of Cambridge

  • Le 27 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    David Henry (Cork University)

  • Le 29 mars 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Jérémie Bigot (IMB)
    Introduction au Deep learning : aspects mathématiques et au delà...

  • Le 29 mars 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Andrés Castillo

  • Le 30 mars 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Carlos Matheus, Paris 13
    Sur le comptage de fibrations spéciales dans certaines familles de surfaces K3
    Simion Filip a montré que le nombre $N(V)$ de fibrations Lagrangiennes spéciales de volume $< V$ dans une 'twistor family' générique de surfaces K3 est $N(V) = c V^{20} + O(V^{20-a})$ pour certaines constantes $c>0$ et $a>0$. Dans cet exposé, on montrera que le théorème de Filip est valide pour tout $0 < a < 4/697633$. Il s'agit d'un travail en commun avec Nicolas Bergeron.
  • Le 3 avril 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Eric Soccorsi (Centre de Physique Théorique, Marseille)

  • Le 5 avril 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Jérémie Bigot
    Introduction au Deep learning : aspects mathématiques et au delà... (Partie 2)

  • Le 6 avril 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Todor Tsankov, Paris 7
    Titre à préciser

  • Le 10 avril 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Luchezar Stoyanov (University of Western Australia)

  • Le 12 avril 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Laurent Seppecher

  • Le 12 avril 2018 à 15:30
  • Le Colloquium
    Salle de Conférences

  • Le 13 avril 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Cyril Lacoste, Rennes
    Autour de la dimension géométrique propre et des épines
    Soit $\Gamma$ un réseau d'un groupe de Lie semisimple $G$. On aimerait trouver un 'bon espace' sur lequel faire agir $\Gamma$, cela nous mène à la définition d'un espace classifiant pour les actions propres. Deux questions se posent alors : quelle est la dimension minimale d'un tel espace (appelée la dimension géométrique propre du groupe $\Gamma$), et peut-on réaliser concrètement un espace de dimension minimale ? Après avoir répondu à la première question, nous essaierons de répondre à la deuxième en construisant ce que l'on appelle des 'épines', qui sont des rétracts par déformation de l'espace symétrique associé $G/K$. De telles épines ont été construites dans très peu de cas, nous détaillerons celui du groupe $\mathrm{SL}(n,\mathbb{Z})$, et nous verrons que la construction ne peut pas s'étendre au cas du groupe symplectique $\mathrm{Sp}(2n,\mathbb{Z})$.
  • Le 19 avril 2018 à 14:00
  • Séminaire d'Analyse
    Salle de Conférences
    pas de séminaire
    vacances
  • Le 24 avril 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Miguel Escobedo (Université du Pays Basque)

  • Le 26 avril 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences

  • Le 26 avril 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Michel Bergmann

  • Le 10 mai 2018 à 14:00
  • Séminaire d'Analyse
    Salle de Conférences
    férié
    pas de séminaire

  • Le 15 mai 2018 à 14:00
  • Séminaire de l'équipe Dynamique des Populations
    Salle de Conférences
    Yixiang Wu, Department of Mathematics, Vanderbilt University, USA
    Dynamics and profiles of a diffusive host-pathogen system with distinct dispersal rates
    In this talk, we consider a diffusive host-pathogen model with heterogeneous parameters and distinct dispersal rates for the susceptible and infected hosts. We first prove that the solution of the model exists globally and the model system possesses a global attractor. We then identify the basic reproduction number $\mathcal{R}_0$ for the model and prove its threshold role: if $\mathcal{R}_0\le 1$, the disease free equilibrium is globally asymptotically stable; if $\mathcal{R}_0>1$, the solution of the model is uniformly persistent and there exists a positive (pathogen persistent) steady state. Finally, we study the asymptotic profiles of the positive steady state as the dispersal rate of the susceptible or infected hosts approaches zero. Our result suggests that the infected hosts concentrate at certain points which can be characterized as the pathogen's most favoured sites when the mobility of the infected host is limited. This is joint work with Xingfu Zou.
  • Le 17 mai 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Dacam Pham Thi (Univ. Tours)

  • Le 17 mai 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Jeffrey Harris

  • Le 17 mai 2018 à 15:30
  • Le Colloquium
    Salle de Conférences
    Georges Skandalis

  • Le 18 mai 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Andrés Sambarino, Paris 6
    Titre à préciser

  • Le 24 mai 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences
    Jean-Marc Azais (IMT Toulouse)

  • Le 24 mai 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Mădălina Petcu

  • Le 25 mai 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Patrice Le Calvez, Paris 6
    Titre à préciser

  • Le 31 mai 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences

  • Le 31 mai 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Nastassia Pouradier Duteil

  • Le 2 juin 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Pierre Will, Institut Fourier
    Titre à préciser

  • Le 5 juin 2018 à 14:00
  • Séminaire de Physique Mathématique - EDP
    Salle 2
    Florent Berthelin (Université de Nice)

  • Le 7 juin 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences

  • Le 7 juin 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Yannick Privat

  • Le 14 juin 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle de Conférences

  • Le 14 juin 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Florian De Vuyst

  • Le 14 juin 2018 à 15:30
  • Le Colloquium
    Salle de Conférences

  • Le 15 juin 2018 à 10:45
  • Séminaire de Géométrie
    Salle 2
    Michel RAIBAUT (U. Chambéry)
    Titre à préciser

  • Le 28 juin 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Salle 2
    Laurent Monasse