IMB > Informations générales > Agendas

La semaine de l’IMB

La semaine de l’IMB recense l’ensemble des événements de la semaine en cours

  • Le 18 décembre 2018 à 10:00
  • Séminaire de Théorie Algorithmique des Nombres
    Salle 385
    Bill Allombert (imb)
    Sur le calcul de automorphismes d'un extension Galoisienne niltpotente de corps de nombres.
    Je présente un nouvel algorithme en temps polynomial sous GRH pour lecalcul des automorphismes d’une extension Galoisienne de corps denombres sous la condition que le groupe de Galois soit nilpoltent. Cetalgorithme est basé sur la présentation des groupes nilpoltents et lerelèvement des automorphismes de Frobenius et évite la couteusereconnaissance de nombres algébriques par réduction de réseau tout enévitant le cout exponentiel des méthodes combinatoires utilisées dansma thèse.
  • Le 18 décembre 2018 à 14:00
  • Soutenance de thèse
    Salle de Conférences
    Jérémy GUILLOT
    Sujet : 'Méthodes d'agrégation pour la résolution de programmes mathématiques'. Directeur de thèse : François Clautiaux. Co-directeur : Pierre Pesneau

  • Le 19 décembre 2018
  • Soutenance de thèse
    Università degli Studi dell'Insubria, Italy
    Emanuela ABBATE
    Sujet : 'Méthodes numériques pour des écoulements multi-régimes en fluidodynamique et élasticité non-linéaire'. Directeur de thèse : Angelo Iollo. Co-directrice : Gabriella Puppo

  • Le 20 décembre 2018 à 11:00
  • Séminaire Images Optimisation et Probabilités
    Salle 2
    Jean-François Aujol (IMB)
    L’accélération de Nesterov est-elle une accélération ?
    Depuis le travail de Y. Nesterov (1984), et surtout l’algorithme FISTA de Beck et Teboulle (2008), il est reconnu qu’utiliser un algorithme de gradient inertiel est beaucoup plus efficace pour minimiser une fonctionnelle convexe qu’un simple algorithme de descente de gradient. Nous verrons qu’en fait l’utilité de l’inertie dépend très fortement de la géométrie au voisinage du minimiseur de la fonctionnelle, et qu’il n’est pas toujours préférable d’utiliser un terme inertiel. Ces résultats ont des conséquences directes en traitement d’images et en deep learning.Il s’agit de travaux en collaboration avec Vassilis Apidopoulos, Charles Dossal, et Aude Rondepierre.
  • Le 20 décembre 2018 à 14:00
  • Séminaire Calcul Scientifique et Modélisation
    Inria Sud-Ouest, Salle Ada Lovelace.
    Antoine Rousseau (Inria LEMON)
    Conditions aux limites transparentes en géophysique : aspects continu et discret
    L’objectif principal de ce travail est la recherche de méthodes de décomposition de domaine ou de couplage en océanographie côtière (ou pour des fluides géophysiques en général). Les techniques utilisées, dans le but d’être non intrusives (au sens des codes de calcul), s’appuient sur des modifications des conditions aux limites via un processus itératif (méthode de Schwarz). On verra que l’on peut travailler sur le problème continu, puis discréditer le système ainsi obtenu en temps et en espace, ou bien au contraire commencer par choisir son schéma numérique préféré avant de travailler sur les conditions aux limites (discrètes) qu’il convient de mettre en place aux interfaces. Les deux techniques ont leurs avantages et leurs inconvénients. On illustrera le propos sur des exemples.

    Afficher tous les événements à venir